2 mars 2010

Truc olympiques: voilà c’est fini

La cérémonie de clôture des J.O. dimanche soir a terminé deux semaines de bordel pour Vancouver et ses environs, et tout le monde peut maintenant reprendre une activité normale, laissant les Jeux Paralympiques se dérouler dans une relative indifférence. Je n’ai pas pu aller vous prendre des photos de la folie certaine qui a dû s’emparer des canadiens après la victoire de leur équipe masculine de hockey sur glace en finale contre les USA puisque je suis parti en France deux jours avant la fin des jeux, mais je peux imaginer sans problème des hordes de bûcherons bourrés à la bière bon marché agiter des drapeaux et des maillots rouges poisseux en s’écorchant les poumons à coups de slogans patriotiques.

Quelques remarques, comme pour la cérémonie d’ouverture:

  • On a regardé la cérémonie de clôture sur France 3 en différé (elle passait à 3h du mat’ en France) et c’était insupportable… les commentateurs français n’arrêtaient pas d’étaler leur culture à 2 ronds, nous empêchant d’écouter ce qui se disait sur scène. C’est bien simple, plutôt que de traduire correctement les divers discours de William Shatner, Michael J. Fox et autres, ils se contentaient de vaguement traduire (mal) une phrase sur cinq, préférant le reste du temps raconter des anecdotes dont tout le monde se fout (sauf eux, apparemment). Comparativement, il n’y avait pratiquement aucun commentaire sur la télé canadienne pendant la cérémonie d’ouverture.
  • Après avoir lu sur internet les commentaires négatifs sur la cérémonie, je m’attendais à un truc affreux, mais c’était en fait potable. Inoubliable en grande majorité, mais potable… à moins que ça soit un effet de compensation des commentateurs de merde sur le contenu.
  • Avril Lavigne, elle était peut-être vaguement rebelle y’a quelques années, mais maintenant elle est molle du cul.
  • Ouf, on a pas eu Céline!
  • Ca se voyait légèrement un peu qu’ils ont voulu sortir tous les grands noms pour dire aux gens « vous voyez tous ces gens connus, vous croyiez qu’ils étaient américains, eh beh non ils sont canadiens, na!« .
  • Rien que pour les 2 premières minutes, ça valait le coup. Entre ça et le numéro super cheesy de Michael Bublé à grands coups de castors et d’orignaux géants, on voit bien que le Canada a une capacité d’auto-dérision que la plupart des autres pays n’ont pas… en tous cas, ça jurait clairement avec le segment d’introduction de Sochi, ce qui ajoute encore plus à l’aspect comique. Certains de mes amis canadiens semblent avoir été embarassés par ce second degré qui, selon eux, tombait à plat, mais le public semblait en tous cas apprécier… il faut bien leur donner ce qu’ils attendent, aussi.

Voilà, j’espère que ma couverture non-sportive de ces Jeux Olympiques vous aura plu! On va pouvoir maintenant reprendre une programmation normale.

15 février 2010

Le billet où tout est super trop bien

Alors attention:

  • Vancouver est encore une fois la meilleure plus bien bien ville du monde, pile à temps pour le début des jeux olympiques. Le truc c’est que d’habitude, les gens de par le monde qui lisent le rapport se disent “Hein? Vancouver? N’importe quoi, ça doit être une erreur, je sais même pas où c’est de toutes façons”, et donc on pouvait rester peinards tranquilles chez nous. Mais cette fois-ci, y’a je sais pas combien de millions de touristes qui sont là et peuvent témoigner que quand même c’est assez mignonnet, et y’en a dans le tas qui pourraient avoir l’idée à la con de s’y expatrier. Ah merde.
  • Le super trop bien documentaire “Ouest qu’on parle français?” de Radio Canada est disponible en entier sur internet. Comme son nom l’indique, il parle des francophones dans l’ouest du Canada, et plus particulièrement autour de Vancouver. Et pourquoi il est trop bien ce documentaire? Eh bien parce que vous me verrez pendant, houlà, au moins 6 ou 7 secondes. Mais c’est les secondes les plus dramatiquement magnifiques de l’histoire télévisuelle. On pourrait croire que la star du documentaire c’est Véronique, qu’on voit pendant une bonne dizaine de minutes et tout, mais non.
  • Et enfin, pour vraiment prouver à quel point je suis fabuleux, ce blog a été gentiement nommé “blog du mois” par Expat-Blog (merci Olivier!), un site qui aide les gens avec des envies d’expatriation à savoir ce qui les attend (enfin sauf si vous vous expatriez au Vaticany’a pas de bloggeurs là bas on dirait).

Voilà, j’espère que vous êtes maintenant convaincus que moi, Vancouver et le Vatican sommes tous fabuleux.

13 février 2010

Compte à rebours terminé!

Et voilà, on y est, les jeux olympiques sont lancés. Pfiou… y’a plus qu’à attendre qu’ils retombent.

Si ce n’est déjà fait vous devriez bientôt voir, au moins, un récapitulatif de la cérémonie d’ouverture qui s’est tenue hier soir au BC Stadium (on verra ce qu’ils en disent au journal de France2 plus tard dans la journée). Perso, je voulais aller la voir sur un écran géant au LiveCity Yaletown, histoire d’observer un peu l’ambiance générale, mais entre la pluie, la foule débordante, et ma pauvre femme malade, j’ai fini par la regarder bien au chaud à la télé, avec la possibilité de faire “pause” pour aller aux toilettes (c’est beau le luxe engendré par la technologie moderne).

Quelques remarques:

  • Après la cérémonie d’ouverture des J.O. d’été à Pékin c’était dur de faire quelque chose d’un tant soit peu impressionnant… mais je trouve qu’on s’en est pas trop mal sortis. Là où les chinois avaient accompli une prouesse technique assez déshumanisée, les organisateurs canadiens ont opté pour un spectacle plutôt intimiste et chaleureux, avec quelques bonnes idées et surtout beaucoup de bonne humeur. J’ai particulièrement apprécié l’utilisation du public – c’est ce genre d’aspect participatif qui donne envie d’y avoir assisté en vrai.
  • Comme vous avez du l’entendre déjà un peu partout, l’ambiance de la journée avait été un peu plombée par la mort d’un athlète georgien le matin même. Moi ce qui me sidère, surtout, c’est que le circuit de bobsleigh soit bordé de poteaux en métal non rembourrés. Apparemment c’est super ultra complètement rare qu’une luge sorte du circuit, mais quand même… Peut-être que l’incident d’hier va, comme avec la Formule 1 en 1994, provoquer des changements drastiques dans les mesures de sécurité.
  • Comme le dit ma femme: “pour les francais qui regardent la ceremonie d’ouverture, le truc que la fille en rouge (Nikki) elle chante, ca ressemble pas, mais alors pas du tout a l’hymne canadien. Ah ouais… et le truc au milieu, la, c’etait du français. C’est bien, continue d’y croire, Nikki”.
  • Bryan Adams et Nelly Furtado ils savent vraiment pas chanter en playback. De toutes façons la chanson était assez pourrave, et d’après ce que j’ai pu comprendre, les canadiens ils en ont un peu marre de voir Bryan dès qu’il s’agit de représenter leur pays internationallement. Les autres chanteurs de la cérémonie chantaient en direct, au moins (enfin on dirait). Garou a même été jusqu’à chanter mal pour prouver qu’il faisait ça en live… à moins qu’il soit super fourbe et qu’il ait enregistré un truc légèrement faux pour gruger tout le monde. Sacré Garou, va. Pendant ce temps là, c’est Rock Voisine qui doit être dég’ d’être un pauvre commentateur sur les chaînes françaises.
  • En parlant de Garou, d’ailleurs, les organisateurs se sont bien forcés à inclure autant de langue française que possible, en allant jusqu’à faire passer la présentatrice francophone avant son homologue anglophone, genre “on présente la cérémonie en français, et on traduit en anglais derrière”. Mais c’était surtout mignon d’entendre les non-francophones dire “biennevenou” devant un milliard de gens.
  • Vous vous rappellez des divers sujets de protestation des J.O.? Notamment celui à propos des méchants impérialistes blancs qui volent leurs terres aux premières nations et invitent ensuite les touristes du monde entier à faire une grosse teuf polluante dessus? Eh bien je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir un petit ricanement en voyant que non seulement les chefs des tribus locales (Squamish, Musqueam, Lil’wat, et Tsleil-Waututh) étaient reconnus comme chefs d’états et avaient leur place dans la tribune officielle avec les hommes politiques canadiens, mais aussi que la cérémonie d’ouverture débutait avec ces 4 tribus souhaitant la bienvenue sur leurs terres aux visiteurs du monde entier. Marf. C’est des petits rigolos les organisateurs.
  • Comme d’habitude, l’identité du porteur de la flamme olympique qui allumerait le chaudron final était restée secrète jusqu’au dernier moment, et les rumeurs les plus folles circulaient depuis quelques jours. Le suspect le plus probable, Wayne Gretzky, l’un des meilleurs joueurs de hockey de l’histoire de l’univers du monde (ce qui lui confère pratiquement un statut de dieu au Canada), avait été démenti par le comité olympique… mais c’est parce que ces petits malins avaient en fait préparé un sale coup: le chaudron serait allumé par 4 personnes! Wayne Gretzky, donc, mais aussi Rick Hansen, un athlète paraplégique, Catriona LeMay Doan, une patineuse de vitesse, et Steve Nash, une star du basketball. Dommage qu’un problème technique avec le système hydraulique du chaudron ait un peu foutu en l’air la scène – seulement 3 des 4 “jambes” du chaudron sont sorties du sol, et seulement 3 des 4 athlètes l’ont donc allumé…
  • Et alors si je comprends bien, le Canada, c’est: un ours géant, des punks qui font des claquettes et du violon, de la danse contemporaine d’interprétation, un gamin qui vole, des gens qui font du ski, et de la poésie slam pour dire que les canadiens sont polis et cool. Okay, c’est bon, j’ai tout compris, merci.
  • Aussi, c’était sympa de savoir qu’on avait une amie sur scène… on l’a pas vue, mais on s’est demandés toutes les 30 secondes si elle était à l’image… une fille danse dans un coin? “Eh, c’est peut-être Stéphanie, là, à gauche!” Une fille qui court à travers un champ? “Eh, c’est peut-être Stéphanie, là, à droite!” Un gros noir qui porte un panneau? “Eh, c’est peut-être Stéphanie, là, au milieu!”. Ah là là, des heures d’amusement.

Voilà… maintenant il ne reste plus que le petit détail insignifiant des épreuves sportives.

23 janvier 2010

Télé canadienne: La bataille des lames

Si vous vous demandiez quel genre d’émission de télé-réalité on a au Canada, outre les grands classiques internationals du genre “La Nouvelle Star” et compagnie, en voilà un bien local: Battle of the Blades (“Bataille des Lames”), diffusé pendant la saison automne/hiver.

Il s’agit d’une compétition de danse similaire au très populaire “Dancing with the Stars”, mais cette fois-ci sur la glace, avec huit couples de patineurs artistiques s’affrontant pour un prix de $100.000. Mais alors attention, il s’agit pas ici d’amateurs de daube comme dans la “Star Ac’”: chaque couple est composé d’une médaillée du patinage artistique, et d’un ex-joueur de la NHL (Ligue Nationale de Hockey sur Glace). Ah là tout de suite, ça fait bien canadien, non?

Bon, je vous avouerais qu’à part les affichages publicitaires, j’ai pas vu grand chose d’autre de cette émission (non, je suis pas autant dévoué que ça à mon blog), donc je ne peux pas vous en dire plus, à part que le couple de vainqueurs a fait don de leur prix à une organisation de recherche médicale… mais si y’a des lecteurs qui ont suivi l’émission, n’hésitez pas à poster vos commentaires!

30 septembre 2009

Des nouvelles de Hollywoord North

Eh hop, revoilà votre rapport irrégulier sur ce qui se tourne à Vancouver et alentours. Est-ce que vous avez vu certains des films ou épisodes de séries mentionnés précédemment? J’espère que vous faites bien attention…

Maintenant que Battlestar Galactica est terminée (merci pour la fin de daube, les gars), c’est au tour de Caprica d’être produit ici. C’est un spin-off qui se déroule presque 60 ans avant le début de la première série, et qui vous donnera l’occasion de voir un peu plus Vancouver puisque tout ne se passe pas sur un vaisseau spatial pour une fois. Supernatural et Smallville continuent, de même que la franchise Stargate avec Stargate Universe.

Parmi les nouveaux venus on trouve Fringe, la dernière série de J.J. “j’ai du succès avec de la daube” Abrams, qui déménage chez nous pour sa 2ème saison parce que tourner à New York c’était trop cher. La première saison de Human Target est aussi en production, et si c’est aussi bon que la BD sur laquelle c’est basé, ça promet… mais bon, ça sera sûrement nul, c’est pas la peine de se faire de faux espoirs non plus.

Zack Snyder, après Watchmen, continue de tourner à Vancouver avec Sucker Punch, qu’il qualifie de “Alice au Pays des Merveilles, mais avec des fusils automatiques, des dragons, et des putes”. Euh… okay.

Maintenant on peut attaquer les gros morceaux… d’abord, Tron Legacy, la suite que personne n’attendait de Tron, vieux film culte des années 80. Ouais. Mmmmh. Bon.

Ensuite, le film The A-Team, plus connu en France sous le nom de L’Agence Tous Risques. Oui oui, ils en font un film, ces cons… enfin moi, tant qu’il y a des explosions et la musique du générique, je m’en fous, j’y vais. Allez hop, d’ailleurs, on se le refait un coup:

Et pour finir, la production du remake de V, cette série également issue des années 80, a commencé à Vancouver. Aaah, V. Entre les maquillages d’extra-terrestre moisis et les effets spéciaux de navettes volantes à 2 balles d’un côté, Marc Singer en jeans moulants et Robert Englund en alien complètement con d’un autre côté, et, en face, l’inégalable Michael Ironside en ce qu’il fait de mieux (un gros salaud) et Jane Badler qui joue l’ultime salope qui bouffe des araignées et des souris en préparant l’asservissement de l’humanité, je sais même pas si cette série est géniale ou nulle à chier. Allez hop, encore une séquence nostalgie:

Voilà, bon visionnage, et restez attentifs, comme par exemple avec Jackie Chan dans le Bronx, où vous verrez New York comme jamais: avec des montagnes en fond!

Mise à jour: comme Nolwenn me le fait préciser, on a eu aussi récemment droit au tournage d’une partie de New Moon (“Twilight: Tentation” en VF), le 2ème chapitre de la série Twilight… vous savez, ce truc pour gonzesses avec des vampires qui sortent le jour, et qui prône l’abstinence, le voyeurisme et le harcèlement (les filles trouvent ça super romantique dans les bouquins et les films, mais appelleront les flics si vous essayez de faire pareil en vrai). Le tournage d’Eclipse (“Twilight: Hésitation” en VF… moi j’hésite surtout à aller le voir, ho ho ha ha), la 3ème partie, est aussi en préparation dans les environs de Vancouver. Désolé d’avoir oublié ça, mais bon, d’un autre côté, je suis un mec de 31 ans alors mon cerveau a des priorités differentes… comme par exemple une bonnasse en cuir moulant qui mange des araignées et des souris (d’ailleurs, si jamais une fille de l’audience veut faire ça en vrai, je suis preneur).

6 septembre 2009

Police

La police Américaine à Vancouver?

La police Américaine à Vancouver

Non, juste le tournage de Tron Legacy, il y a quelques mois. Attention, c’est filmé à Vancouver donc statistiquement y’a des chances que ça soit une grosse daube, je vous préviens.

12 août 2009

Vintage point

Vintage point

Vue du Mont Gardner sur Bowen Island.

23 décembre 2008

Des élections partout

Pendant l’automne, on s’est tapés plein d’élections, par ici.

L’élection qu’on ne pouvait rater, à moins d’habiter dans une grotte (et encore), c’était bien sûr l’élection présidentielle américaine avec son déluge de médiatisation plus ou moins déroutante.

Ensuite, sur les chaines de télévision locales, on s’est tapés les campagnes des candidats au poste de gouverneur de l’état de Washington. C’est ça de capter les chaines américaines… c’est le plaisir de voir Christine Gregoire et Dino Rossi se taper dessus a longueur de journée.

Les spots télévisés suivent à peu près le même schéma que ceux entre McCain et Obama:

  • "Bidule machin il est super méchant, il tue des chatons et il mange des enfants".
  • On voit un passage d’un discours de bidule machin, où il dit qu’il tue des chatons et mange des enfants. C’est généralement totalement hors contexte, et il est impossible de savoir s’il ne manque pas un début de phrase où la personne dit "il est absolument faux que…".
  • Si bidule machin est républicain, ils vont aussi ajouter qu’il a voté pareil que Bush sur, genre, 94% des propositions depuis 2004. Et ça, c’est sous-entendu, c’est super pas bien.
  • "Machin truc, par contre, il est super gentil. Il a milité pour améliorer la pâtée pour chat dans sa juridiction, et il fait des bisous aux enfants, même s’ils sont moches".
  • On voit une vidéo de machin truc qui pointe son doigt de manière très pro-active et autoritaire. On le voit aussi faire un bisou à un gamin moche.
  • Ca se termine par un bon vieux "votez pour machin truc".

Au final, Christine Gregoire a été réélue pour un deuxième mandat avec plus de 53% des voix… non pas que ça vous intéresse vraiment mais bon, tant que j’y suis, autant donner les résultats, hein.

Mais le truc plus important pour Vancouver c’était les éléctions municipales du 15 novembre. Evidemment, c’était les moins médiatisées.

Le maire actuellement en poste est Sam Sullivan, qu’on vous avait déjà montré en photo lors du nouvel an chinois, et qu’on a croisé 2 ou 3 fois dans son fauteuil roulant dans la rue parce qu’il habite dans notre quartier. Il est membre du NPA (Non-Partisan Association), un parti centre-droit. Il n’a toutefois pas été réélu pour représenter son parti cette année, et a été remplacé par Peter Ladner.

En face, on trouvait Gregor Robertson, de Vision Vancouver, un parti centre-gauche (ouais, on est très "centre-quelque-chose", ici… s’agirait pas de prendre des positions trop drastiques, non plus, c’est malpoli).

Au final, c’est Gregor qui a été élu. Mais le plus rigolo, c’était les autres candidats. En vrac, on avait le barbu hippie du Nude Garden Party qui veut qu’on habite dans des villages dont la production agro-alimentaire est auto-suffisante, le gars du BC Marijuana Party qui veut (surprenant) légaliser le cannabis, le jeune gars COOL qui écrit les MOTS IMPORTANTS en MAJUSCULES pour dire qu’il faut ARRETER DE POLLUER, le comédien qui dit qu’on va tous mourir, le gentil monsieur qui veut interdire la Gay Pride et qui apparemment connait bien l’Allemagne nazie (mais pas les règles élémentaires de ponctuation), ou encore le mec qui va vous refiler des super tuyaux pour trouver des apparts pas chers si vous votez pour lui.

Le taux d’abstention était monstrueux (presque 60%) comparé aux taux français (entre 20% et 35% généralement, pour les élections municipales). Historiquement, les canadiens n’ont jamais été vraiment emballés par les élections municipales, de toutes façons, préférant se bouger pour les élections provinciales et nationales.

C’est quand même intéressant de voir comment le découpage des votes par division est très clair:

image

Voilà voilà. Assez réfléchi pour aujourd’hui… Félicitations à Barack, Christine et Gregor!

25 août 2007

La plus connue des inconnues

Vancouver (et plus généralement la Colombie Britannique) fait partie des endroits les plus fréquement représentés à la télévision ou au cinéma, avec New York, Los-Angeles, San-Francisco, et Aubervilliers1. Si, si. C’est pas la peine de froncer les sourcils en essayant de vous rappeller, à part cet épisode de Thalassa vieux d’un an, quelle émission aurait pu faire figurer la magnifique métropole vancouverite… c’est comme ça.

Observez la photo suivante, qui m’a été gentiment fournie par Jacques, le maintenant célèbre préparateur de confits de canard:

En regardant de près, on voit des gens qui protestent, agitant le slogan « Oui à la seringue« . Une voiture du SFPD (Département de Police de San-Francisco) est garée devant les barrières.

Vous pouvez vous douter, si je vous montre cette photo sur ce blog, qu’elle a été prise à Vancouver. Les lecteurs les plus cinévores rempliront les blancs en se rappellant d’une scène de X-Men 3, se passant soit-disant à San-Francisco, donc, et faisant figurer une manifestation en faveur de l’injection obligatoire qui priverait les mutants de leurs pouvoirs.

Outre illustrer l’un des thèmes scénaristiques les plus profonds de la trilogie qui remis les super-héros au goût du jour (au grand dam de certains de mes amis), vous pouvez vous rendre compte que le lieu où se déroule une histoire est souvent bien différent du lieu où elle est tournée.

Cette fois-ci, la photo pourrie prise avec mon téléphone portable montre une scène de série policière quelconque qui vous fera passer un magasin de centre-ville pour un tribunal de Washington (encore une fois, la voiture de police est utile pour situer l’action). Et on va tout gober sans se poser de questions.

En fait, l’industrie du cinéma est l’un des secteurs d’activité principaux de la Colombie Britannique. Entre l’accès rapide à tout un tas de paysages variés (plage, montagne, forêt, ville, campagne, etc.), la relative proximité (sur une échelle américaine!) avec Hollywood (3 heures d’avion), des avantages fiscaux très compétitifs, et de nombreuses écoles formant les métiers concernés, Vancouver a acquis le surnom de « Hollywood North« . Bon okay, généralement, ce genre de surnom à deux balles est totalement surfait et auto-attribué, un peu comme Berck Plage dans le Pas-De-Calais, probablement surnommée « Le Saint-Tropez du Nord » parce qu’il a fait soleil une fois et que Johnny Halliday, qui était tombé en panne sur l’A16, a dû y passer la nuit du 18 au 19 septembre 1987… mais là, non, on peut quand même placer un bon nombre de titres connus dans la région. Et fait, Vancouver est le 3ème centre d’activité cinématographique d’amérique du nord derrière Los Angeles et New York.

X-Files, et sa petite soeur Millenium, sont sans doute les premières séries TV à avoir donné à Vancouver un peu de renommée internationale. Pourtant, entre MacGyver, 21 Jump Street2 et les épisodes américains de Highlander3, il y avait déjà de quoi faire de la publicité avant. Pour ce qui est des séries plus récentes, on trouve, sans ordre particulier, et parmi beaucoup d’autres, Les 4400, Taken (Disparition en VF), Stargate (mince, MacGyver encore!) et compagnie, Smallville, Battlestar Galactica (euh non, la nouvelle série4), Jeremiah (oui, Luke Perry trouve toujours du travail on dirait) Dead Like Me (mouarf), The L Word, ou encore les Masters of Horror. On peut même retrouver des vieilles séries plus ou moins ringuardes comme Sentinel, Sliders, Dark Angel, Dead Zone ou Poltergeist (alors celui là il est tellement moisi que personne s’est pris la peine de mettre le générique sur YouTube, tiens). Et pour ce qui est des inédits, les premiers épisodes de Aliens in America (qui surfe apparemment sur le succès de La Petite Mosquée dans la Prairie) ou de Bionic Woman (ah non merde, encore la nouvelle série… on arrête pas le progrès) sont en tournage ici.

Pour ce qui est du grand écran, on peut citer, non sans honte, la série des Police Academy au palmarès local. On se tournera ensuite rapidement vers tout un tas d’autres productions hollywoodiennes pas forcément toutes glorieuses, mais bon, rappellez-vous que comparé à Police Academy 5, même, euh, disons, Police Academy 2 fait office de chef d’oeuvre. Citons donc Les Quatres Fantastiques, X-Men, L’Effet Papillon, Shooter, Insomnia, Destination Finale, Underworld, Scary Movie, I Robot, et même (ose-je?) Elektra, Catwoman (vive la France), Aliens vs. Predator, et, non des moindres, Freddy contre Jason (bon, je sais, les liens ça devient n’importe quoi mais faut bien vous tenir occupés, aussi). Bref, que du bon. Ces temps-ci, on a droit, entre autres, à 2 adaptations de films asiatiques (The Eye et A Tale of Two Sisters), et à l’adaptation par Zack « 300 » Snyder de Watchmen, un des chef d’oeuvre de la BD anglo-saxone (j’ai peur). Sans compter les équipes qui ne font que passer brièvement pour tourner quelques scènes, ce qui nous permet d’avoir, par exemple, Penelope Cruz de passage dans notre quartier pour du shopping et quelques restos.

Enfin en tous cas, moi, j’attends toujours de croiser Jessica Alba ou Kristin Kreuk chez mon fromager… mais me connaissant, si je voyais quelqu’un de connu dans la rue, je me dirais juste « tiens, c’est bizarre, il me rappelle quelqu’un lui » ou, au mieux, « wouah, c’est rigolo, il ressemble vachement à Tom Cruise, lui, là-bas… enfin… en plus petit« .

Pour ceux qui veulent se tenir au courant, le site de la British Columbia Film Commission tient mensuellement à jour (c’est rigolo, ça, « mensuellement à jour« ) une liste des productions en cours dans la province.

Et pour finir, en exclusivité, voici la technique secrète pour se déplacer en centre-ville quand y’a des bouchons!

Ah non, merde, c’est une autre photo du tournage des X-Men. N’importe quoi.

1 Ben oui, c’est que 14 saisons de Julie Lescaut, ça fait remonter les statistiques, hein.

2 Habitants de Vancouver, faites particulièrement attention au bus au début du générique!

3 Aaaah, Queen, on s’en lasse pas tiens. Si si, Jérôme, je t’assure, on s’en lasse pas.

4 Mais moi j’adore la musique de la série originale (moins que celle de Cosmos 1999, mais pas mal quand même). Et puis les Cylons qui sont super propres et bien briqués, ça m’a toujours intrigué… est-ce qu’ils se frottent entre eux tous les soirs, dans les quartiers du vaisseau amiral?

24 mars 2007

Télé – 2/2

Après What Not To Wear, passons à une expérience sociale des plus intéressantes : Beauty and the Geek.

Tout d’abord, pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Geek, vous pourrez vous rattraper en découvrant les geeks vus par celles qui les connaissent le mieux – leurs copines. Certains puristes vont s’offusquer qu’un Geek, un vrai, n’a par définition pas de copine, mais bon, ça vous donnera quand même une bonne idée. Pour résumer les Geeks choisis pour l’émission sont des mecs certes très intelligents mais pas très sociables, en général informaticiens boutonneux ou fans de Star Trek. Si cette définition ou bien celle du site précédemment indiqué vous ressemble, vous savez certainement déjà ce qu’est un Geek – et pouvez tenter le Geek Test.

Le principe de cette émission est de former des équipes constituées chacune d’un Geek et d’une fille – en général blonde – plus préoccupée par son apparence physique que par les mots qui sortent de sa bouche. Les équipes vont vivre dans une grande maison toutes ensembles et participer à des défis les faisant sortir de leur « zone de confort ». Le but est qu’au fil des épreuves, chaque membre apprenne quelque chose de son partenaire, les Geeks se rendant compte qu’on peut très bien parler à une jolie fille sans défaillir et les Beauties apprenant à faire plus confiance à leur QI. Et c’est mieux si au moins une Beauty sort avec un Geek pendant le show. Evidemment, il y a un principe d’élimination, une épreuve de « relooking de son Geek » et autres réjouissances consistant à faire monter une mini fusée aux filles ou faire faire du shopping aux mecs.

C’est pas trop mal. Et puis c’est une bonne émission où on peut se moquer des gens…