11 octobre 2011

Spanish Banks sous les nuages

On est déjà mi-octobre mais comme il fait encore vaguement beau de temps en temps, je me dis que j’ai le droit de vous poster des photos de plage, surtout si y’a des nuages dessus. En fait, j’ai le droit de poster ce que je veux, c’est mon blog, d’abord, mais bon, je prends les devants au cas où y’en a qui se mettent à râler dans les commentaires.

IMG_3841.jpg

J’avais déjà brièvement mentionné Spanish Banks il y a quelques années, et j’avais pas re-posté dessus entre-temps puisque y’a pas grand chose à dire. Oui, la vue est magnifique, mais bon, hop, une ou deux photos et l’affaire est bouclée… mais comme j’ai pas grand chose d’intéressant à vous dire en ce moment (et en plus je suis “légèrement” occupé ces temps-ci), eh ben pouf, voilà d’autres photos.

IMG_3847.jpg

L’intérêt de Spanish Banks, c’est que la plage est très grande comparée aux autres plages urbaines de Vancouver. Du coup, c’est beaucoup plus calme, et y’a plus de place… surtout quand il fait à moitié moche et que ça ressemble à une plage du Nord-Pas-de-Calais.

IMG_3854.jpg

A marée basse, y’a des gens qui font du skimboard. Méga passionant à regarder, et sans doute tout aussi passionant à lire sur un blog.

IMG_3869.jpg

Et, euh, y’a des gens qui font du kayak. Ouais. Je vous le disais qu’il y avait rien d’intéressant à dire sur le sujet… En fait les plages, c’est nul, il faudrait arrêter d’y aller.

22 août 2011

Hier matin, maman est allée au marché en banlieue

Quand on était jeunes, riches et méga tendance on vous avait parlé du marché de Nelson Park, où les gens jeunes, riches et méga-tendance vont le samedi matin avec leur sac recyclable en tissu Whole Foods et leurs tongs et leur petit chapeau Panama pour acheter des fraises organiques locales, goûter du miel organique local, choisir des arrangements de sel organiques locaux, et plus généralement sauver la planète.

IMG_3710.jpg

Maintenant on est vieux, pauvres, et on habite en banlieue, mais ça veut pas forcément dire qu’on peut plus aller au marché non plus. Le marché de Burnaby se trouve pas très loin de chez nous et dans un cadre suprenant: le village-musée historique de Burnaby.

IMG_3705.jpg

Il s’agit d’une simple reconstruction de ce à quoi ressemblait un village de Colombie-Britannique typique des années 1920s, avec un mélange de reproductions ultra-artificielles et d’objets de toute évidence authentiques. Rien de bien passionant, mais l’endroit a son petit charme, et ça donne une athmosphère bien particulière au marché.

IMG_3719.jpg

IMG_3722.jpg

Le public est aussi très différent… le bobo du West End est ici remplacé par la mère de famille de 35 ans avec ses 2 gamins, et la Canadienne de 65 ans qui refuse de quitter sa vieille maison pour qu’on y construise un immeuble de 40 étages est remplacée par la Chinoise de 75 ans qui essaie de vendre sa maison à 20% au-dessus du prix du marché.

A part ça, on retrouve les classiques: des petits kiosques avec des tentes pointues, divers produits frais et bidules artisanaux, de la musique, et un mec déguisé en cuistot qui pisse sur un étalage de chocolat.

IMG_3712.jpg

IMG_3717.jpg

IMG_3703.jpg

Et des sculptures végétales de vaches, aussi.

IMG_3715.jpg

Non, moi non plus je sais pas.

Allez hop, j’espère que vous aussi vous sauvez la planète le samedi matin entre 10h30 et 11h15.

10 août 2011

Les Midis Musicaux de la CBC

Ben voilà, c’est l’été, alors la fréquence de mise à jour de ce blog s’effondre sur l’autel des balades en forêt, promenades de plages, accueil de touristes innocents et BBQs multi-culturels. Et puis vous savez ce que c’est, il faut que je fasse le plein de photos faisant figurer un minimum de ciel bleu histoire d’avoir des trucs pas trop moches à poster pendant l’hiver…

IMG_3764.jpg

Je vous disais récemment qu’avec plusieurs évènements musicaux gratuits, je me demandais ce qui se passait avec Vancouver. Et bien cette année, par dessus le marché, j’ai été voir les Midis Musicaux devant les locaux de la CBC, le service public de radio et télévision canadien.

IMG_3767.jpg

Il s’agit d’une quarantaine de concerts en plein air, tous les jours de semaine entre midi et 13h. C’est absolument gratuit, bien que la cafetéria de la CBC doit bien être contente de l’afflux de clients. Les groupes qui s’y succèdent couvrent un grand spectre musical, du classique au blues en passant par du folk hippie, du flamenco, du jazz, du hip-hop et même de la musique mexicaine ultra-kitsch.

IMG_3692.jpg

IMG_3594.jpg

La plupart des artistes sont sympathiques à écouter, même si pour la plupart je n’irai pas me ruer pour acheter leur cassette. Ou leur CD. Euh… ou… ils achètent quoi les jeunes maintenant? Ils achetent directement sur iTunes? J’en sais rien moi, je suis vieux maintenant. J’écoute encore ma musique sur des cylindres en cire, je trouve que ça retranscrit bien mieux le son de la voix humaine (ah, ces jeunes et leurs aimepétrois, ils y connaissent rien). Enfin bon, en tous cas j’ai pu voir Dan Moxon de Bend Sinister, un groupe que j’avais raté à Summer Live et qui me semblait pas mal du tout.

IMG_3699.jpg

Bref, j’espère que vous aimez les photos répétitives, parce que c’est pas comme ci y’avait beaucoup de trucs différents à photographier.

IMG_3569.jpg

IMG_3829.jpg

IMG_3762.jpg

IMG_3431.jpg

Hop, bon appétit!

30 mai 2011

Le jeu des differences pas importantes: les rues et les avenues

Je sais pas vous, mais moi, après toute une enfance passée en France, je me suis habitué à certains trucs vis-à-vis de la signification des mots. Par exemple, une “entrée” (en français dans le texte) désigne le plat qui précède le plat principal, et non pas le plat principal lui-même (les trois quarts des restaurants nord-américains s’entêtent à penser le contraire). Et une douche, c’est ce que tout le monde prend le matin pour être propre et sentir bon – c’est pas un truc pour se nettoyer le vagin.

Dans le même genre, quand on me parle de rues et d’avenues, je m’imagine des voies de circulation urbaines plus ou moins grosses… mais pas ici. Regardons rapidement une carte de Vancouver:

View Larger Map

Voilà, hop, c’est déjà n’importe quoi. Ils ont plein de petites avenues (une pour chaque pâté de maison) qui croisent une grosse rue. Ca devrait pas être l’inverse?

En fait, au Canada (ainsi que dans d’autres pays comme les Etats-Unis), la plupart des villes adoptent un système où les dénominations de “rue” et “avenue” sont données aux axes orientés dans un sens donné. Ainsi, à Manhattan, les rues sont orientées d’Est en Ouest, alors que les avenues sont orientées du Nord au Sud. A Vancouver, comme vous pouvez le constater, c’est l’inverse – les avenues sont orientées Est/Ouest et les rues Nord/Sud (vous vous rappellez qu’ici on a un système routier en grille, j’espère?). Il n’y a pas vraiment de standard, chaque ville fait ce qu’elle veut (et certaines ont un systeme encore complètement différent).

Là où ça devient le bordel, c’est que certaines de ces villes (et plus particulièrement Vancouver) se sont développées en l’espace de quelques décennies plutôt que quelques siècles. Les responsables de la planification urbaine n’ont pas toujours pris le temps de renommer les voies ou de prévoir de la place dans les numéros pour des futurs quartiers. Ainsi, vers Strathcona et Grandview-Woodlands, au Nord de la 1ère Avenue, toutes les rues sont, euh, des rues (c’était ça ou numéroter les avenues avec des nombres négatifs). Et le gros axe qui traverse le quartier s’appelle “Commercial Drive”, alors que le suffixe “Drive” est d’habitude réservé aux rues semi-privées qui vous amènent chez un particulier.

View Larger Map

Vous avez aussi d’autres subtilités comme les rues interrompues: si vous avez un obstacle, genre un parc, un lac ou je sais quoi, une rue peut se terminer en cul-de-sac, et reprendre de l’autre côté. Par exemple, ici, “Osler Street” (orientée Nord/Sud, donc… vous suivez un peu, oui?) s’arrête devant le Jardin Botanique de Van Dusen et continue vers Sud.

View Larger Map

C’est super pour trouver une addresse non? Et ça c’est sans compter les rares (mais bien réelles) occurences de rues et d’avenues portant le même nom.

Bref, prenez un GPS quand vous partez en vadrouille…

17 avril 2011

Prenez la télécommande, l’infirmière sera là dans une minute

Vous avez déjà vu le générique de Dexter? Ou n’importe quelle scène se déroulant dans une salle de bains nord-américaine? Vous savez, le genre de scène pendant laquelle les personnages se nettoient bien consciencieusement les dents avec du fil dentaire? Ouais, eh ben vous savez combien de fois j’ai utilisé du fil dentaire pendant mon quart de siècle passé en France? Zero… ce qui est aussi le nombre de fois où l’un de mes dentistes m’aurait recommendé de le faire.

IMG_5853.jpg

La première chose qu’on m’a dit en arrivant ici, c’est “monsieur Chabant, vous êtes au Canada, maintenant, et chez nous, on flosse” (du verbe “flosser”, anglicisme totalement assumé parce qu’on utilise tellement peu de fil dentaire en France qu’on a même pas de verbe pour en désigner l’usage). Et juste après, on m’a dit “alongez-vous, prenez la télécommande, l’infirmière sera là dans une minute”.

Hein?

Je sais pas pour vous, mais tous les dentistes que j’ai eu en France étaient des bonhommes qui faisaient leur truc tout seul. On a droit à ses trous-de-nez poilus et à une grosse lampe dans la gueule assis dans un coin de son bureau. Mais un peu comme pour les rendez-vous chez le médecin, les différences entre les dentistes français et canadiens commencent avec le décor: on va dans une “clinique dentaire” où plusieurs dentistes exercent et passent de salle en salle plutôt que chez un dentiste particulier où on se fait soigner dans son bureau. Ensuite, le dentiste ne s’occupe que des procédures médicales à proprement parler – pour tout ce qui est nettoyage et entretien des dents, les infirmières s’occuperont de vous. Vous avez toujours la lampe dans la gueule, mais la petite étudiante en dentisterie est quand même plus mignonne que le gros dentiste barbu (non pas que ça aide beaucoup puisqu’elle va quand même vous charcuter les gencives mais bon, on fait ce qu’on peut pour oublier). En plus, comme je le mentionnais précédemment, les cliniques dentaires semblent souvent avoir une télévision au plafond ainsi que des écouteurs sans fil, si jamais vous voulez vous changer les idées pendant la séance de torture (mais bon, en semaine, à 10h30, y’a pas grande chose d’autre à la télé que des trucs genre “Maitresses et patients”…). Ah là là, une télévision au plafond, moi, ça me laisse rêveur pour notre chambre à coucher… mais ça serait beaucoup de boulot à installer, il faudrait virer le miroir et toute la déco “peau de zèbre” alors bon, pfiou…

Ma femme me dit que son dentiste en région parisienne avait aussi la TV, mais alors ça, c’est les parisiens, ils se la pètent tout le temps… chez moi dans le Nord, on avait juste un marteau, une perceuse, et du ciment (j’exagère à peine).

Enfin bref, si c’est pas la panacée niveau médecine générale à Vancouver, on trouve par contre que les soins dentaires sont de meilleure qualité ici. Et non, c’est pas (seulement) à cause de l’infirmière!

21 novembre 2010

Faites attention aux flaques d’eau

A Vancouver, il pleut légèrement un peu en novembre et décembre. Et janvier. Voire février, mars et avril. Et mai. Et  maintenant que l’été indien est passé, je n’ai qu’une chose à recommander aux nombreux français qui ont débarqué dans le coin au printemps: faites attention aux flaques d’eau, et tenez vous loin des bords des trottoirs.

IMG_7390.jpg

Voilà, je crois que c’est clair.

25 octobre 2010

Maintenant, c’est plus loin

IMG_6605

Vue du front de mer, dans le centre ville de Vancouver. Avant, c’était à 5 minutes à pied de chez nous… maintenant, c’est plus loin

17 septembre 2010

Le jeu des différences pas importantes: les prises électriques polarisées

Y’en a certains parmi vous qui m’ont dit que, en effet, mon article précedent était long et chiant… alors voilà, je me venge. J’écris un truc sur les prises électriques. Parce que y’a pas grand chose à dire dessus. Et en plus c’est chiant aussi. Non mais.

Prise 110V

Vous savez déjà probablement que la France utilise du 220V, et que les pays d’amérique du nord utilisent du 110V. Et tout comme la France, il existe des prises à 2 branches (ci-dessus) et des prises à 3 branches (ci-dessous) qui polarisent la prise et la rendent un peu plus sécurisée en obligeant l’utilisateur à l’insérer dans un sens prédéfini.

Prise 110V a trois branches

Mais il y a aussi une variante de la prise à 2 branches où l’une des branches est plus grosse que l’autre. Oui, c’est totalement dingue, je sais.

Prise 110V polarisee

Les maisons et appartements construits après les années 60 (ce qui inclut à peu près l’intégralité de Vancouver) sont ainsi équipées de prises murales acceptant l’une ou l’autre version des prises à 2 branches. Pendant vos premiers jours en amérique du nord, il y a donc de fortes chances que vous essayiez de brancher une lampe dans une prise murale, et vous apercevoir que ça rentre pas… pas de panique, pas la peine de forcer, il faut juste brancher dans l’autre sens.

Comme souvent dans la vie, si ça rentre pas dans le trou d’un côté, il suffit juste d’essayer le trou de l’autre côté.

3 août 2010

La plage désastreuse

L’été, quand il fait trop chaud, le plus facile pour se rafraichir c’est d’aller se foutre à poil sur la plage. Si, si, je vous assure, c’est le plus facile.

A Vancouver, Wreck Beach, située à l’extrémité ouest de la ville juste derrière l’Université de Colombie Britannique, vous offre une vue imprenable sur l’Océan Pacifique, les montagnes alentours, et les fesses de vos voisins. C’est une des plus grosses plages nudistes d’Amérique du Nord, mais c’est aussi surtout une plage où les hippies sur le retour et les jeunes homosexuels aiment se libérer des contraintes de la société urbaine moderne. Comprendre: vous verrez plus de bites flétries que de poitrines gonflées par le désir de vivre.

Pour y accéder vous devrez descendre le long de l’un des divers sentiers qui descendent la falaise du campus de UBC jusqu’au bord de mer. Et par “sentier”, je veux plutôt dire “escalier”.

IMG_9518

Après un bon nombre de marches, on arrive à la plage. L’escalier n’est pas énorme (j’veux dire, c’est pas le Grouse Grind, non plus), mais il est quand même assez long pour se dire que ça va être dur de se retaper tout ça après la sieste.

IMG_9519

La plage est litéralement au pied de la falaise. C’est mignonnet.

IMG_9524

Je vous ai épargné les photos de gens prises de près, mais je vous confirme, ils sont tous à poil. Le plus étrange c’est qu’on en a vu certains qui sont certes à poil, mais qui gardent quand même leur sens pratique: des chaussures pour pas se faire mal aux pieds, un chapeau et un court t-shirt pour pas crâmer au soleil, etc… bref, des gens habillés normalement, à l’exception du slip. Dans un autre registre, mention spéciale au petit vieux à poil tout frippé qui vend des boissons fraiches.

IMG_9525

Comme vous pouvez le voir, la plage s’enfonce très lentement dans la mer, ce qui la rend très propice au skimboard.

IMG_9527

Sur la plage, vous pourrez aussi acheter diverses bricoles auprès des quelques hippies honteusement capitalistes qui y sont installés.

IMG_9520

Ah oui, petit avertissement: quand vous faites face à la mer, vous pouvez aller vous balader soit à gauche, soit à droite (il y a de nombreux chemins de balade à travers la foret de UBC). N’ALLEZ PAS A GAUCHE.

Sûr, à gauche, c’est joli, y’a des petites plages privées et autres coins romantiques avec vue sur la mer… mais bon, moi j’dis ça, j’dis rien, y’a des chances de tomber sur des scènes inavouables. L’étiquette de la plage a beau officiellement condamner ce genre de trucs (point numéro 4), on ne peut de toute évidence pas mettre l’amour en cage… enfin, sauf s’il est en string à l’intérieur de la cage et qu’il y a de la techno à fond la caisse, mais ça c’est une autre histoire.

21 juin 2010

Hier matin, maman est allée au marché

Je vous parlais dans le billet précédent des activités printannières vancouvéroises, eh bien en voilà une autre: aller au marché.

Farmer's Market Today

A Vancouver, avec tous les bobos qui deviennent végétariens et écolos après avoir vu des films où on tue des dauphins, la pression pour consommer des produits locaux et bio est assez énorme. Du coup, nombreux sont les gens qui, le printemps venu, vont faire leurs courses au marché du coin. Bien sûr, le reste du temps on trouve des marchés couverts permanents comme celui de Granville Island, mais les marchés de quartier sont beaucoup plus relax et conviviaux, avec une petite touche estivale indéniable.

West End Farmers' Market (1)

Celui de notre quartier (le West End Farmers Market, à quelques pâtés de maison de chez nous) ressemble à n’importe quel marché de la côte ouest: des petits chapitaux blancs au-dessus des étalages de produits, et des musiciens qui s’occupent du fond sonore.

Musiciens au marché

On y trouve, comme vous pouvez vous en douter, des produits frais, que ce soit des fruits et légumes, du poisson ou de la viande (mais ça c’est plus rare, hein, rapport aux bobos végétariens).

West End Farmers' Market (3)

West End Farmers' Market (4)

On trouve aussi divers produits “faits maison”, du miel aux céréales en passant par les tartes, gateaux et autres patisseries, fromages, pains, et j’en passe.

West End Farmers' Market (5)

Miel

Fudge

Et il ne faut pas oublier l’incontournable crêperie française, qui distribue Nutella et bonheur aux passants:

Crepes francaises

Bref, voilà, c’est le marché du samedi matin. N’oubliez pas d’y aller en vélo avec vos sacs en tissu, hein… parce qu’il ne faut surtout pas froisser le bobo écolo, il pourrait vous frapper avec son iPhone.

West End Farmers' Market (7)