16 juillet 2012

De retour du vieux monde

Vous avez peut-être remarqué que ce blog n’avait pas été mis à jour depuis 2 mois, et il y a 2 raisons à cela (une par mois!): d’abord, j’étais fénéant, et ensuite, on était en France.

IMG_7532.jpg

Maintenant qu’on est rentrés, après plus d’un mois à visiter la famille, on va pouvoir revenir à nos moutons Canadiens… mais pas avant l’habituel recapitulatif du séjour.

D’abord, on a pu montrer à nos gamins tous les trucs qu’on ne voit pas dans le nord-ouest Américain: des vieux trucs! Genre, des vieux chateaux et des vieux moulins!

DSC_7330.jpg

IMG_7615.jpg

Ensuite, on a pu bouffer plein de trucs genre des gateaux Bretons et des gaufres du Nord et même, incroyable, quoi, des Craquottes!

IMG_7683.jpg

Et enfin on a pu aller dans des endroits top délire, genre des plages avec des vraies dunes! (un peu sous la pluie, mais ça c’est bon, on en a aussi chez nous).

IMG_7651.jpg

A force de vivre en dehors de la France, y’a aussi de plus en plus de chocs culturels ou de surprises quand on revient:

  • Les routes et les places de parking sont quand même super petites. Ils sont forts pour se garer, les Français.
  • Aussi, les rues pas perpendiculaires, c’est beaucoup plus compliqué pour s’y retrouver.
  • Il se passe quoi avec la francophonie? J’ai vu plein de panneaux publicitaires avec des slogans à moitié, ou même carrément, en anglais. « Designed for humans« ? « Simply clever« ? Non mais sérieux. Et c’est sans compter tous les nouveaux « Bidule Market » et « Machin City » et « Rogneugneuh Drive« .
  • Les trains qui vont vite, ou même, genre, les trains tout court, c’est quand même pas con comme idée.
  • En France, on a pas de pétrole, mais on a une tétrachiée d’éoliennes. Ca a sérieusement poussé depuis la dernière fois qu’on était venus.
  • Les magasins fermés le dimanche, ou le lundi, ou entre midi et 14h, ou même tout ça en même temps, c’est dur de s’y réhabituer. Le capitalisme, finalement, c’est pratique.
On a aussi pris plein de notes auprès de nos amis jeunes parents puisque, d’après quelques livres populaires en Amérique du Nord, l’éducation Française c’est la meilleure du monde (ce qui explique pourquoi les Français sont connus pour leur courtoisie, leur propreté, et leur civilité… hum hum). On verra si on peut importer ça au Canada.

DSC_7357.jpg

Et voilà, maintenant il faut recommencer à parler Anglais toute la journée. Après plusieurs semaines sans pratiquer, j’ai toujours l’impression d’avoir du yahout dans la bouche… et d’ailleurs, ça me fait penser que les Petits-Suisse, c’est bon et ça me manque déjà.

1 mai 2012

Le 20 avril, la journée qui sent bon

La semaine dernière c’était le 20 avril, ce qui correspond (en notation anglo-saxonne où le mois précède le jour) à “4/20”, autrement connu comme “le jour où tout le monde fume des cigarettes rigolotes totalement ouvertement”.

IMG_20120420_132349.jpg

Bon, en fait, c’est un peu tous les jours comme ça à Vancouver (est-ce que vous reconnaissez le monsieur sur l’affiche?), mais d’habitude les gens n’en font pas toute une histoire. Sauf, donc, le 20 avril.

IMG_20120420_132212.jpg

Par contre, comme la fois dernière, j’ai oublié mon appareil photo. C’est dingue, quand même. Du coup, je vais vous le faire façon “Instagram”, avec des photos floues, sur-exposées, sur-vignettées, et toutes vertes. C’est bien, ça fait super méga tendance.

IMG_20120420_134720.jpg

Cette année, les organisateurs ont bloqué la rue qui longe la Gallerie d’Art pour y installer divers stands, ainsi que 2 scènes de concerts – l’une avec un groupe de hip-hop débalant des paroles légèrement anarchistes, et l’autre avec des gens qui reprennaient “Dark Side of the Moon“… on peut difficilement faire plus cliché.

IMG_20120420_135040.jpg

Je vous avoue qu’en me baladant, je me demandais bien ce que tous ces gens vendaient. Des “master kushis”? Des “budders”? Du “honey oil”? Et des bibelots bizarres?

IMG_20120420_132314.jpg

Heureusement qu’il y avait des gens normaux pour vendre des gâteaux et de la limonade!

IMG_20120420_134705.jpg

IMG_20120420_132708.jpg

Enfin sauf qu’après en avoir consommé j’avais super chaud, et j’avais encore plus la dalle… allez savoir… et puis je sais plus ce qui s’est passé après, mais je me suis réveillé avec un chat mort dans les mains et un goût bizarre sur la langue. Mais je m’égare, ça n’a rien à voir avec le sujet de cet article.

Comme on pouvait s’y attendre, la police était présente en force. Des camions entiers de CRS étaient… euh… ah non, y’avait juste 4 ou 5 flics en vélo. Au temps pour moi.

IMG_20120420_134415.jpg

Ah là là, quelle bande de laxistes de gauche, ces Canadiens! Quand Sarkozy sera ré-élu pour un second mandat, j’éspère bien qu’il va nettoyer tout ça au kärsher. Littéralement, hein, j’veux dire. Parce que les manifestations comme ça, généralement, ça laisse plein de déchets par terre.

IMG_20120420_134139.jpg

IMG_20120420_133044.jpg

IMG_20120420_134213.jpg

Et voilà, c’était 4/20 version 2012!

8 novembre 2011

Terry qui?

Avec la fin récente des travaux de rénovation du BC Place, le gros stade de Vancouver, la ville a dévoilé une oeuvre d’art vaguement moche avec un mec qui se court après 3 fois de suite et avec une jambe artificielle… et si vous dites exactement ça à un Canadien, il va vous regarder de travers. Parce qu’au Canada, on rigole pas avec Terry Fox.

IMG_4301.jpg

Ce mémorial, réalisé par Douglas Coupland, l’un des artistes Vancouvérois dont on arrive pas à se débarasser, est donc là en l’honneur de Terry Fox, un mec qui, euh, court avec une jambe artificielle. Il court même pas super vite, hein, mais bon, il a un mémorial.

Bon allez, j’arrête de me moquer, c’est moins rigolo quand y’a pas de Canadien à côté qui s’offusque… là à côté y’a juste mon chat qui ronfle et qui s’en branle totalement. Et c’est dommage parce que Terry Fox est l’un des grands acteurs de la lutte contre le cancer (quoique mon chat s’en foute aussi probablement bien… apparemment tout ce qui l’intéresse c’est de fumer des pétards et de jouer au babyfoot).

Amputé de sa jambe droite à 18 ans des suites d’un cancer, il décide 3 ans plus tard, en 1980, de commencer un “Marathon de l’Espoir” pour lever des fonds pour la recherche contre le cancer: partant de la côte Atlantique du Canada à Terre-Neuve, il prévoit de courir à travers tout le pays, jusqu’à la côte Pacifique en Colombie-Britannique. Malheureusement, après avoir parcouru plus de 5000 kilomètres, son cancer revient et le force à interrompre son projet. Quelques mois plus tard, il décède dans l’hôpital de New Westminster, dans la banlieue Vancouvéroise.

IMG_4306.jpg

L’héritage de Terry Fox est énorme en ce qui concerne la lutte contre le cancer – son marathon à lui seul a levé 23 millions de dollars – et continue de nos jours avec notamment la “Course Terry Fox”, organisée annuellement dans de nombreux pays… mais pas en France, apparemment, ce qui explique pourquoi je ne connaissais pas du tout le monsieur (et puis c’est pas ma faute s’ils ne parlent pas de lui dans Spider-Man ou Call of Duty, mince).

Au Canada, c’est un véritable héros national. Il vous suffira d’aller faire un tour sur sa page Wikipédia (en Français par ici) pour vous rendre compte que c’est probablement le gars le plus respecté du pays.

Bref, à moins de vouloir passer pour un gros barbare débile, vous n’aurez maintenant plus à demander: “c’est qui ces quadruplés unijambistes qui se courent après?” en pointant du doigt le mémorial. Parce que je vous assure, ça la fout mal en société.

25 juin 2011

Les émeutes, c’est pas bien

Vancouver a un peu de mal à fermer le chapitre sur les émeutes d’il y a 2 semaines. Les mots d’amour de ses habitants sur les panneaux en contre-plaqué ou les abris de bus, ça avait de la gueule le lendemain… mais après 2 semaines, ça commence à faire un peu moche.

IMG_3302.jpg

C’est un peu comme la neige à Montréal qui est jolie en janvier, mais franchement moche en avril. Et du coup il faut attendre que ça dégelle, parce que toutes ces portes en verre faites sur mesure vont mettre encore un peu de temps à être remplacées.

Et pendant que la police continue lentement d’arrêter tout le monde, j’invite mes lecteurs anglophones à lire 2 lettres “from the front lines”:

18 juin 2011

Riot 2011

Voilà que s’achève une semaine bien agitée pour Vancouver.. si vous n’y habitez pas, vous avez probablement vu dans les journaux ce qui s’y est déroulé mercredi soir, mais le plus important est ce qui s’est passé jeudi… mais récapitulons un peu d’abord.

Mercredi soir, les Canucks de Vancouver affrontaient les Bruins de Boston en finale de la coupe Stanley, un des trophées les plus importants en hockey sur glace. Les enjeux étaient de taille (pour ceux qui se soucient de ce genre de truc), mais je vous redirigerai vers mon article d’il y a 3 jours si vous voulez plus de détails. L’important est de savoir que la dernière fois où les Canucks etaient en finale, en 1994, ils avaient perdu et des émeutes avaient éclaté en centre-ville. Malgré l’optimisme ambiant dans la ville depuis le début de la semaine, tout le monde se demandait ce qui arriverait après le match.

IMG_3143.jpg

On pouvait se dire que c’était mal parti en voyant le nombre abherrant de gens venus regarder le match dans les “fan-zones” du centre-ville sur écran géant. Là où, pour les matches précédents, tout le monde était gentiment assis par terre, c’était tellement blindé mercredi soir que tout le monde était debout, inconfortablement serrés, et avec une vue souvent obstruée de l’écran géant.

IMG_3171.jpg

Il y avait aussi plus de crétins que d’habitude, entre ceux qui arrivaient déjà tout excités à coups de “Fuck Boston!”, et ceux qui escaladaient tout et n’importe quoi pour mieux voir.

IMG_3147.jpg

IMG_3152.jpg

Il n’y avait pourtant pas grand monde de bourré, d’après ce que j’ai pu voir. Les magasins d’alcohol avaient été forcés de fermer en milieu d’après-midi, et la police contrôllait l’entrée des “fan-zones” pour empêcher l’introduction de boissons alcoolisées et d’objets dangereux.

IMG_3145.jpg

Assez rapidement, un doute planne quand même sur la ville. Les Bruins sont clairement meilleurs, et les Canucks, endormis, se font mener 1-0, puis 2-0, puis 3-0… Avant même que le score final ne soit atteint (un honteux 4-0), les gens commençaient déjà à partir. Certains parce qu’il étaient juste dégoûtés, mais d’autres (par exemple les familles avec enfants) parce qu’ils craignaient des violences à venir. A la fin du match, certains balancent leurs déchets vers l’écran géant et d’autres commencent à s’exciter. Un feu est allumé dans une poubelle… c’est le début d’une émeute pas comme les autres.

Imaginez un petit groupe de gens qui font un feu, puis vont renverser une voiture un peu plus loin…. et des dizaines de milliers de gens autour qui regardent et prennent des vidéos avec leur téléphone (il y avait plus de 100.000 personnes répartis sur quelques pâtés de maison à l’origine). C’est assez surréel. Alors que tout le monde allait partir dépité, tout d’un coup il y a un truc excitant qui se passe et ils décident de rester pour voir. C’est con les gens.

Face à une foule émotionellement volatile et en quête des sensations fortes qui lui ont manqué pendant le match, la police prépare l’équipement anti-émeute à quelques blocs de là. Mais un ami raconte comme ça s’est passé: à la simple vue des boucliers et des casques, les gens qui s’en allaient changent d’attitude et font demi-tour pour aller voir ce qui se passe! C’est con les gens.

IMG_3164.jpg

S’il est facile de décrire à quel point les réels casseurs – ceux qui ont brûlé les premières voitures, cassé les premières vitrines et dévalisés les premiers magasins – sont des petits cons de racailles qu’on devrait nettoyer au kärcher (je vous fais un mix sarkoziste pour l’occasion parce que j’ai pas trouvé grand chose dans les discours de Ségolène), on ne pourra jamais assez répeter à quel point tous ces gens qui sont restés plantés là comme des moutons sont aussi des crétins de premier ordre. Entre les gros blaireaux qui se prenaient fièrement en photo devant les voitures en feu et ceux qui poussaient des cris d’encouragement aux casseurs, tous ces gens ont largement empêché la police de faire son travail. Sans eux, les forces de l’ordre auraient été en mesure d’intervenir immédiatement et d’arrêter le petit groupe de vandales avant qu’ils ne fassent plus de dégâts ou qu’ils motivent d’autres à les rejoindre.

L’émeute en elle-même était ensuite très classique – mais simplement à une échelle vancouvéroise: une quinzaine de voitures retournées et brûlées, une dizaine de magasins vandalisés, et la police montée canadienne sur leurs beaux chevaux. Mention spéciale pour la police, d’ailleurs, qui est restée totalement de marbre face aux déluges d’insultes, de débris, et de gens qui s’embrassent par terre (oui, je sais, cette photo a été expliquée et c’est pas vraiment ça qui se passe, mais bon…).

Tout ça nous amène donc à ce qui est le plus intéressant, et qui ne sera probablement pas relayé dans les journaux étrangers.

Comme d’habitude de nos jours (et d’autant plus sur la west coast), ça commence sur Twitter et Facebook. Pendant la nuit, des milliers et des milliers de vancouvérois font part de leur indignation face aux évènements qui se déroulent en direct sur les télévisions locales. C’est qu’en France on est blasés, mais pour les gens de Vancouver, c’est du jamais vu. Enfin, du très rarement vu. Genre une fois tous les 15 ans (chez nous en France c’est limite une fois tous les 15 jours…). Et c’est probablement inconcevable pour des français, mais les vancouvérois sont réellement attachés à leur ville – sa beauté, sa propreté, la civilité bien canadienne de ses habitants, leur sens communautaire, leur communion avec la nature, leur yoga, leurs petits chiens dans des poussettes, leur magasins de produits organiques hors de prix, leur… euh, je m’emballe un peu mais bon, vous voyez le topo. Voir des émeutes pareilles se dérouler au coeur de leur ville était un réel choc. Ils étaient si fiers d’avoir pu montrer leur belle ville au monde entier pendant les Jeux Olympiques – c’était pas pour qu’une bande de voyous lui détruise sa réputation en une soirée. Beaucoup de vancouvérois étaient donc motivés pour rétablir l’image de marque de leur ville le plus vite possible.

Avant minuit déjà des groupes de volontaires s’organisent pour venir nettoyer le centre ville. D’autres groupes, sur Facebook ou Tumblr, essaient de traquer les photos et vidéos postées par les milliers de couillons dont on a parlé précédemment, et qui permettront au moins d’identifier un bon nombre de vandales, pilleurs, pyromanes… ou juste de rigoler un peu. Le nombre de photos disponibles est ahurissant, la traque est sans pitié, mais la tâche est bien facile puisque ces idiots vont pour la plupart se vanter de leurs actions sur leur profil Facebook, dont des captures d’écran seront rapidement postées sur internet et envoyées à la police. Enfin, une tendance nait consistant à poster articles, photos ou vidéos qui montrent comment Vancouver c’est pas du tout des gens qui pètent des vitrines et qui gueulent, mais bel et bien toujours l’un des meilleurs endroit où vivre au monde grâce à la civilité bien canadienne de ses habitants, sa nature, son yoga, ses petits chiens dans… euh… enfin bref, que c’est top moumoute.

IMG_3190.jpg

A 10h le lendemain matin la ville est déjà complètement nettoyée par les services municipaux aidés de centaines de volontaires. Ces volontaires auront d’ailleurs quelques jours plus tard droit à un petit déjeuner offert par The Bay ainsi que quelques autres cadeaux de remerciement de la part des commerces du quartier. Les seuls indices des émeutes de la nuit sont les abris de bus endommagés et les vitrines des magasins remplacées par du contre-plaqué.

IMG_3188.jpg

Des vancouvérois decident alors d’ecrire sur les panneaux de The Bay (un équivalent canadien des Galleries Lafayettes): messages de soutien pour les Canucks, messages d’excuses pour les propriétaires de magasins ou pour le monde entier, mots d’amour pour Vancouver, sa nature, son yoga, ses petits chiens dans des… MERDE, c’est dingue ça, désolé, je sais pas, ça vient tout seul. Bref. Tout le monde y va de son petit mot sentimental.

IMG_3193.jpg

En fin d’après-midi, il est difficile de trouver une seule planche vierge en centre-ville.

IMG_3197.jpg

IMG_3198.jpg

Une voiture de police, dont Véronique a des photos, est également soudainement recouverte de post-its de remerciements à la police vancouvéroise qui, si on peut lui reprocher un certain manque de préparation et de prévention, a quand même très bien géré la situation.

IMG_3201.jpg

Comme le disait la même Véronique, qui m’a ôté les mots des doigts, ça montre à quel point le Canada, et particulièrement Vancouver, est bel et bien le “pays des bisounours”, comme on aime à l’appeller. Et en tant que gros français cynique poilu, je ne me lasse pas de m’extasier sarcastiquement devant ces différences de mentalité… mais ça me rappelle aussi pourquoi j’ai quitté la France, et pourquoi je me suis installé ici.

IMG_3195.jpg

6 avril 2011

Joyeux Anniversaire Vancouver

Aujourd’hui c’est le 125ème anniversaire de Vancouver. En ce jour de 1886, le campement de “Granville”, issu du campement original de “Gastown” construit autour de la scierie du coin, décide de devenir une ville digne de ce nom à l’occasion de l’arrivée de la ligne de chemin de fer transcontinentale canadienne. Il y a seulement un millier de personnes vivant sur le site à l’époque.

Deux mois plus tard, pratiquement toute la ville est détruite par le feu.

Juste après, les premiers vancouvérois se disent que, hé, ça serait pas con d’investir dans une caserne de pompiers. Et aussi un poste de police. Et un hopital. Enfin bref tous ces trucs qui font une ville, quoi.

This is a low-resolution image. For a quality reproduction please order photograph from the Archives.

Vue du centre-ville, d’une partie du Stanley Park, et des montagnes au nord, orientée nord-ouest depuis Georgia et Hornby (1898?).

Et pendant ce temps, à Paris, fondée plus de 1500 ans plus tôt, on prépare la construction de la Tour Eiffel. Eh ouais, c’est quand même pas tout à fait pareil… mais comme je le disais dès ma première année passée à Vancouver, l’un des aspects fascinants de la ville c’est bien sa jeunesse – le fait que c’est encore une ville qui cherche son image, son ambiance et ses points forts. C’est pas forcément une ville qui bouge comme Ibiza, mais c’est une des rares villes du monde occidental qui bouge physiquement, mentalement, urbainement. C’est très intéressant de suivre ces changements, et encore plus intéressant de parler aux gens qui ont suivi ces changements depuis leur enfance (et la plupart du temps ils vous diront que c’était mieux avant, évidemment!).

This is a low-resolution image. For a quality reproduction please order photograph from the Archives.

Ouverture du Pont de Burrard (1932)

IMG_8592.jpg

Critial Mass Bike Ride, Pont de Granville (2008)

Pour ceux qui veulent voir l’évolution en photos de Vancouver pendant ces petites 125 années, je recommande le site des archives de la ville de Vancouver (filtrez la recherche par “digitized photographs”), ou le site de l’incontournable Miss604 qui vous en fait une très bonne sélection avec comparatifs “avant / après”.

13 septembre 2010

L’harmonie, le bonheur, les taxes

Oui je sais, ça fait des plombes que j’ai pas posté. Entre les activités estivales, beaucoup de boulot, et une fénéantise sans nom dans le peu de temps libre restant, mes blogs se sont retrouvés délaissés. Mais pas de panique, je reviens avec un bon article bien chiant et bien long, mais que je vous avais promis il y a quelques mois: une petite explication de la grande saga politique de l’été en Colombie Britannique.

Pour ceux qui avaient raté l’épisode précédent, il s’agit de l’introduction de la Taxe Harmonisée sur les Ventes, ou HST (Harmonized Sales Tax). Et attention, c’est du jamais vu en termes de revolte citoyenne, embroglio politique, et couverture médiatique, ma bonne dame! Enfin… sur une échelle canadienne, hein. Vous verrez.

Avant le 1er juillet dernier, la plupart des ventes étaient taxées via 2 taxes: la PST, une taxe provinciale, et la GST, une taxe fédérale. La HST “harmonise” les 2 taxes en les fusionnant en une taxe unique et fédérale, déjà en place dans plusieurs autres provinces. En théorie, le but est de simplifier le processus de gestion des taxes. Le total prélevé serait le même qu’avant (12% au lieu de 5% + 7%), mais les entreprises n’auraient qu’un paquet de paperasse à remplir plutôt que deux. De plus, les entreprises, qui avant n’étaient exemptes que de la GST sur leurs achats professionels, deviendraient exempts de la HST, générant des economies qui se traduiraient, toujours en théorie, en une croissance économique sur les années à venir, avec des affaires florissantes, des emplois en pagaille, des salaires à la hausse, des oiseaux qui virevoltent et des matins qui chantent. La province, elle, économiserait sur tout le personnel nécessaire pour gérer le prélèvement des taxes, le traitement du paquet de paperasse sus-cité, les audits, les redressements, les saisies, le marchandage avec la mafia, les pots de vins, et les détournements de fond, puisque tous ces fonctionnaires provinciaux verraient leur loyauté se recentrer sur Ottawa, et payés sur le budget fédéral. Enfin, les diverses taxes annexes, comme l’obscure taxe sur les chambres d’hotel (oui, ça a l’air un peu cochon) ou les taxes variables sur les achats de voiture, disparaitraient et seraient également “harmonisées” avec la HST.

Vous allez me dire “oh bah ça a l’air très bien ça, pourquoi les gens ils râlent?”. C’est très simple: c’est parce que c’est pas si simple.

lolcat_hst

Avant la HST, tout un tas de produits et services n’étaient pas taxés avec la PST – ils avaient uniquement les 5% de la GST. Mais avec la HST, une grande majorité de ces services et produits voient leur taxes augmenter à 12%, la HST entière leur étant appliquée. Cela inclut les restaurants et bars, les journaux et magazines, les taxis, les inscriptions aux clubs de gym, les forfaits de ski, le mignon petit coach personel brésilien de votre voisine, et j’en passe. Les fumeurs français seront d’ailleurs horrifiés de savoir que les cigarettes n’étaient taxées qu’à 5% jusqu’à récemment. Mais maintenant, c’est 12%, donc ça va un peu mieux (et puis de toutes façons, c’est pas vraiment du tabac qu’on fume, ici). Il y a des exceptions, comme les livres, les habits pour enfants, les sièges auto, les couches, les serviettes hygiéniques et tampons, ou l’essence, qui restent à 5%. Et même des baisses de taxes, comme l’alcool (oui oui), les couches pour bébés, l’électricité, le chauffage, et les chambres d’hotel… mais évidemment, le nombre ahurissant de services qui subissent une hausse de taxes a de quoi traumatiser la population. Et contrairement à ce que les français peuvent penser, les canadiens sont en grande majorité des cyniques, convaincus que si jamais la HST crée réellement des economies pour les entreprises, celles-ci empocheront certainement les bénéfices et ne changeront rien.

IMG_6403

Que fait la population, alors? Les chauffeurs de bus font-ils une “grève de solidarité”? Les étudiants bloquent-ils les portes des salles de cours? Les gens descendent-ils dans la rue pour crier dans des mégaphones et faire griller des saucisses? Bien sûr que non! Ce qu’ils font, c’est donner calmement des prospectus informatifs et proposer aux passants de signer une pétition. Oui, oui. Une pétition. C’est la RE-VO-LU-TION, que je vous dis. C’est chaud comme une barraque à frites, comme on dit chez moi dans le ch’Nord. Mais attention, c’est qu’ils sont beaucoups à la signer, en plus. Plus de 700000 signatures, sur une population de 4,5 millions, ça fait pas mal. Enfin en fait si, ça fait mal, surtout pour le gouvernement en place. Et c’est largement assez pour mettre en place un processus législatif de retrait de la HST, et un référendum est prévu pour l’année prochaine sur le sujet.

Bon, tout ça c’est bien gentil, mais ce qui nous intéresse, surtout, c’est les ragôts, non?

Ca commence avec Gordon Campbell, l’actuel premier ministre de Colombie Britannique. Ironiquement élu à son poste en 2001 sur des promesses de réduction d’impôts (qu’il a tenues), il perd en popularité au fil des années à cause d’une politique ultra-libérale. Mais bon, en tant que président du Parti Libéral de Colombie Britannique, il fallait un peu s’en douter. Ré-élu malgré tout en 2005 puis en 2009, il est à présent accusé d’avoir honteusement menti (nooooon, c’est-il tu pas vrai?) pendant sa dernière campagne électorale, où il avait dit qu’une harmonisation des taxes n’était pas prévue. Dommage, quelques mois plus tard il annonce l’introduction de la HST, et des journalistes mettent la main sur des mémos et études internes montrant que la chose était bel et bien envisagée depuis quelques temps.

Pendant ce temps, un ancien premier ministre de la province, Bill Vander Zalm, socialiste conservateur, décide de sortir de sa torpeur politique en s’impliquant dans la lutte contre la HST. Il devient rapidement la figure de proue du mouvement, et symbole de l’opposition contre Gordon Campbell. Est-ce là une tactique politique pour remettre son parti politique, le Social Credit Union, sur la scène politique? Difficile à dire, mais c’est de toute évidence un retour extrêmement bien executé. Zalm avait en effet dû démissioner de son poste de premier ministre provincial en 1991 après un scandale incluant un conflit d’intérêts entre sa fonction publique et des transactions avec des entreprises privées. Après cela, son parti ne s’est jamais vraiment remis, et est pratiquement mort depuis 2000. En tous cas, jusqu’à maintenant.

Le référendum prévu pour l’année prochaine est également mis en cause sur divers détails législatifs, comme par exemple les conditions exactes pour que la HST soit effectivement retirée, ou le choix de la question finale telle qu’elle apparaitra sur les bulletins de vote. Il est maintenant certain qu’on va se taper un jeu de va et viens entre Campbell et Zalm pendant les mois qui viennent, avec moultes “il a dit patati, mais en fait c’est patata”. L’opposition va continuer son refrain à propos des méchants libéraux qui mangent des enfants (parce qu’aller manger au restaurant est devenu trop cher!), pendant que le gouvernement en place essaiera de décourager les gens de voter contre la HST, utilisant diverses menaces comme la nécessité de rembourser Ottawa pour tout le travail de transfert administratif, ou l’arrêt de moultes crédits d’impôts introduits pour contre-balancer l’effet de la HST dans les foyers modestes. On va aussi probablement avoir droit à diverses annonces de la part de telle ou telle industrie, pour dire à quel point la HST est trop bien ou trop pourrie pour leurs affaires. C’est déjà le cas avec quelques grandes chaines de magasin, et quelques studios de production de cinéma/TV, qui ont déclaré que la HST leur permettrait de développer leur présence en Colombie Britannique, alors que les associations de restaurateurs se plaignent d’une baisse de la clientèle. Les études de cabinets de finance indépendants seront aussi probablement brandies de chaque côté, entre celles qui prédisent une continuation de la croissance économique de la province si la HST est maintenue, et celles qui disent que la HST aurait d’abord un effet négatif pendant environ 5 ans avant de générer un quelconque effet positif.

Ah oui, et c’est encore moins bien barré vu que les gens sont stupides. Par exemple, d’après un récent sondage, 67% des personnes interrogées accusent la HST d’avoir fait grimper le prix des courses, et 63% disent que leur facture de téléphone portable a augmenté, alors que ces deux choses n’ont pas eu de changement d’imposition…

Nous, de toutes façons, on s’en fout vu qu’on peut pas voter, alors bon…

17 juillet 2010

Viva Espana

Oui, je sais, y’a pas beaucoup de nouveaux articles ces temps-ci (trop de boulot!), mais pendant que c’est encore vaguement d’actualité, voilà quelques photos des gens qui regardaient, sur un écran géant sur Granville Street, la finale de la coupe du monde football – ou “soccer” comme ils disent ici, parce qu’apparemment y’a plus de ballon et de pied dans le football américain (où on trimballe un truc ovale sous le bras) que dans le football du reste du monde (où on tape un ballon rond avec le pied)… aaaah là là, voilà encore un exemple de l’influence néfaste et inévitable des Etats-Unis sur son pauvre voisin isolé du nord… enfin non pas que ça me soucie, hein. Moi, le football, je trouve ça intéressant seulement quand Nietzsche joue, de toutes façons. Mais y’en a, ça les travaille, on dirait.

Enfin bref , voilà, y’avait plein de monde sur Granville Street, regardant un truc chiant sur un écran géant. Allez comprendre… (de toutes façons, le football, c’est gay)

IMG_6655

Encore moins compréhensible était le petit groupe de photographes (y compris votre humble serviteur) qui faisaient dos à l’écran et qui se crispaient sur leurs appareils dès que la foule s’emballait…

IMG_6639

…parce que les fans de foot, ils sont presque aussi forts pour faire du cinéma que les joueurs professionels.

IMG_6672

Et tout aussi beaux-joueurs!

IMG_6692

Mais le truc le plus rigolo c’était quand, en début de prolongations, le flux vidéo fourni par Bell s’est arrêté pendant plusieurs minutes.

DSCF1285

Les fans étaient paniqués, et un mec bossant pour Rogers, debout à côté de moi, me disait “Toutes les photos qui sont prises en ce moment? C’est la meilleure publicité dont je puisse rêver”.

Mais bon, finalement, l’image et le son ont été rétablis, et peu de temps après les fans espagnols se sont mis debout en criant, pour une raison qui m’échappe.

IMG_6701

DSCF1290

Et pendant ce temps-là, devant la gallerie d’art, y’avait des pauvres gens qui essayaient de manifester… triste, non?

IMG_6710

Vous trouverez quelques autres photos de l’évènement dans mon album Flickr. Enjoy!

IMG_6704

1 juin 2010

Cannabis Culture

Cannabis Culture

Puisque Marc Emery vient d’être récemment déporté aux USA, voilà une photo de la devanture pourrie du BC Marijuana Party, qui sent bon quand on passe devant.

22 mai 2010

Nettoyage de printemps

Vous vous rappellez peut-être qu’on a récemment eu à Vancouver des célébrations sportives nécessitant moultes installations urbaines. Parmi ces installations, le chaudron magique… euh, olympique avait eu sa place à côté du nouveau Centre de Conventions.

Chaudron olympique

Je m’aperçois d’ailleurs que j’avais oublié de vous raconter à quel point ils sont pas très malin-malin les organisateurs à Vancouver. Enfin si, je vous l’avais déjà dit, mais j’ai pas parlé de la grande aventure du chaudron à touristes… parce que voyez-vous, lors des premiers jours des J.Os, si vous alliez prendre une photo de la flamme, ça donnait ça:

La super flamme touristique

C’est pas grandiose, vous avouerez. Parce que non, apparemment, les organisateurs ne se s’étaient pas spécialement douté que les gens voudraient venir se prendre en photo devant la flamme. Donc ils ont foutu un gros grillage et quelques containers moches autour. Après quelques jours de mauvaise presse et un brainstorming probablement épique, ils ont décidé de libérer un peu la vue et de faire une trouée dans le grillage histoire que les touristes puissent prendre des photos non-obstruées (voir ci-dessous).

Le grillage olympique

Le problème c’est que le trou dans le grillage était à peu près à hauteur de tête pour un américain moyen nourri aux hormones. Les pauvres petites adolescentes japonaises nourries aux algues (et n’importe qui faisant moins de 1m75), par contre, se tapaient toujours le grillage flou sur leurs photos… donc après encore quelques jours de mauvaise presse et un dernier brainstorming où le mot d’ordre devait être “bon les gars, sérieux, faut arrêter les conneries, là”, ils ont remplacé le grillage par un mur en plexiglass, et ouvert au public une plate-forme élevée (qui était là depuis le début) permattant aux touristes d’avoir une autre vue dégagée en plongée sur le chaudron.

Aaaah là là, ils sont pas très fins ces canadiens.

Enfin bref, qu’ont-ils fait du chaudron depuis la fin des jeux? Parce que bon, okay, de nuit avec la flamme dessus, ça passe, mais sinon, c’est pas super beau comme truc… eh bien je vous le donne en mille: ils le gardent! Ils veulent le réallumer de temps en temps, pour les grandes occasions. Le réaménagement de la place est en cours, et vous pouvez voir sur la deuxième photo ci-dessous ce à quoi ça devrait ressembler quand ça sera fini.

Vestige olympique

L'esprit de la flamme

Ah, et puis ils ont aussi mis une autre oeuvre d’art juste à côté pour faire passer le temps. Ca s’appelle “orque digital”, par Douglas Coupland, un artiste local surtout connu pour ses romans “Generation X” et “JPod”. Je suppose que si on aime les Legos

Orc digital