12 avril 2012

Commander un café Starbucks : le tutoriel utile

Vous êtes fraîchement débarqué de France, c’est votre première balade dans les rues de Vancouver. Un peu dépaysé, vous cherchez une enseigne familière. Starbucks vous saute à l’œil et vous rentrez pour commander un café.
Short Blonde with a Double Chocolate Brownie
Quelle chance, il n’y a personne. Vous vous dirigez vers la caisse et demandez « a coffee please » à la serveuse, dynamique et souriante. La jeune femme ne semble pas satisfaite, elle baragouine quelque chose. Votre anglais est un peu rouillé mais vous avez assez compris pour reconnaître qu’on vous demande quelle taille de café. D’un ton confiant, vous répondez :

– Small please

– OK tall coffee [baragouine très vite]

– Euh no, SMALL please

– Yes tall [baragouine encore plus vite]

Le client derrière vous vient à votre secours. Il vous rassure que oui oui, tall c’est la plus petite taille de café. La serveuse confirme. Ah OK, bizarre. Bon. Vous sortez votre carte bleue. « On visa, please« . La serveuse recommence à vous parler très très vite. La file derrière vous s’allonge. A tout hasard, vous articulez un timide « Yes ». Clairement ce n’était pas une option valide. La serveuse n’en a pas fini avec vous, mais on arrive quelque part. Vous reconnaissez « medium » et « dark« . Ah bah « medium » alors.

Vous ressortez finalement avec votre café en main. Mais tout penaud. Et un peu triste de constater l’énorme queue qui s’est accumulée pendant que vous commandiez. Tout ce stress aurait pu être évité avec un peu de préparation. Voici en trois étapes comment commander comme un pro chez Starbucks. More… »

22 mars 2012

Le PMU du coin

Pendant que ma femme vous écrit des articles super informatifs à propos de trucs super sérieux, je me suis aperçu que je ne vous ai jamais parlé d’un sujet qui vous brûle la moustache depuis plusieurs années: “c’est quoi l’équivalent du bar PMU au Canada?

(oui, je sais, c’est totalement sidérant comment j’arrive à deviner les questions de mon lectorat)

La réponse, aussi incroyable que ça puisse paraître, est que, euh, il n’y a pas d’équivalent. Désolé. Déjà, les courses de chevaux, c’est pas trop le dada des Canadiens. Ensuite, sur un continent où les établissements franchisés sont ultra-majoritaires, on ne trouve malheureusement pas autant de petits bars du coin où le proprio vous garde votre ardoise jusqu’à la fin du mois et vous interpelle par votre surnom avec un accent régional amusant. Et enfin, dans une province où les réglementations sur la consommation d’alcool sont drastiques, trouver un lieu où on peut s’enfiler un p’tit jaune à 15h30 peinard avec ses potes relève du défi.

IMG_5893.jpg

Mais ça ne veut pas dire qu’il n’existe pas un lieu typique où les pauvres vont pour discuter du dernier match de foot en buvant des bières dégueulasses et en mangeant des cacahuètes couvertes d’urine des 12 précédents clients. Enfin sauf qu’ici ça sera plutôt, dans l’ordre: hockey sur glace, café jus-de-chaussette, et beignets. Pas d’urine, à priori, donc c’est déjà ça de gagné.

Tim Hortons Café

Vous avez déjà vu ces gobelets remplis de café brûlant? Non? Eh ben soit vous n’habitez pas au Canada, soit vous êtes aveugle – on en voit partout ici. Et ça vient de chez Tim Hortons, une véritable institution Canadienne (vous pensez bien, la chaîne a été fondée par un ancien joueur de hockey).

IMG_5897.jpg

Evidemment, ils vous font croire que le café est préparé sur place, un peu comme chez Starbucks, mais on ne me la fait pas, je sais que c’est une immense machination.

IMG_5899.jpg

L’autre grande tradition, chez Tim Hortons, c’est les beignets. Ca, les Canadiens ils les aiment leurs beignets… mais je vais pas trop me plaindre vu qu’il est courant que quelqu’un au boulot en ramène une boite de temps en temps pour partager avec ses collègues. Et moi, du sucre plein de gras couvert de gratuité, je suis pour.

IMG_5898.jpg

Le pire, chez Tim Hortons, c’est qu’il se passe généralement un truc comme ça à la caisse:

  • “Bonjour monsieur, que puis-je pour vous aujourd’hui?”
  • “Bonjour madame, je voudrais une boite de 12 Timbits, 2 beignets au chocolat, un beignet avec le sorte de pus jaunatre dedans, et un beignet avec des petits bidules arc-en-ciel dessus qui font joli.”
  • “Bien sûr. Une boisson avec cela?”
  • “Euh oui, je vais prendre un café moyen et un chocolat chaud de daube. Et mettez moi un de vos croissants aussi. Ils sont pourris mais j’ai faim.”
  • “Pas de problème. Ca vous fera deux dollars quarante cinq.”
  • “Euh… $2.45? Pour tout ça?”
  • “Oui monsieur, tout est là sur la facture. Vous voulez donner $1 en plus pour des orphelins malades unijambistes?”
  • “UN DOLLAR? Non mais ça va pas, pour ce prix là je peux me reprendre deux douzaines de beignets en plus! D’ailleurs, hop, ajoutez-les moi tout de suite.”

Bon, le dialogue n’est peut-être pas ultra fidèle (à part la fin), mais tout ça pour dire que Tim Hortons, c’est tellement pas cher que ça m’a troué le cul les 2 fois où j’y ai été. Comparez ça à un café super tendance frenchouille du quartier bobo avec la déco industrio-Européenne où pour juste le même chocolat chaud de daube et le même croissant moisi vous en avez pour $32 (avant taxes et pourboire)…

Bref:Tim Hortons. Allez-y, sinon vous n’avez pas eu l’expérience Canadienne complète.

19 octobre 2011

Les tomates du bobo

Pour donner un dernier aperçu de l’été qui s’est récemment achevé, je vous refais faire un petit tour dans les marchés fermiers de Vancouver… et pas un des moindres parce qu’aujourd’hui on va aller voir celui de Commercial Drive, l’un des plus bobos de la ville.

IMG_4003.jpg

Commercial Drive, c’est le quartier qui se veut vaguement multi-culturel, avec des cafés, restaurants, salons de coiffure ou épiceries un peu plus authentiques et originaux qu’ailleurs. Un peu comme Gastown mais sans le côté jeune célibataire urbain qui se la pète, quoi. Plutôt familial et communautaire que branché et VIP. Plutôt robe de couturière locale que pantalon Lululemon taille basse. Plutôt iPhone 3GS que 4GS. Bon, vous voyez le topo. C’est là bas qu’on avait par exemple vu les sympathiques célébrations d’Halloween, ou l’un des divers marchés d’artisans locaux.

IMG_4022.jpg

Tenu à côté de Trout Lake (le lac de la truite… avec probablement aucune truite dedans vu la tendance qu’ont les canadiens à mentir avec leur noms de lacs), ce marché fermier n’est finalement pas beaucoup différent des autres: des étalages de fruits et légumes sous des petites tentes, de la musique live,
des trucs intéressants (genre du chocolat ou des tartes), et des trucs dont on a rien à foutre (genre des céréales artisanales bio issues du commerce équitable et faites sans faire souffrir les grains de blé, dans un cuisine construite par un artisan local n’ayant utilisé que du ciment et du bois organiques et qui lui même est végétarien et vote à gauche… c’est très important, tout ça, ça change complètement le goût de la céréale, et en plus ça sauve la planète, me dit-on dans mon oreillette).

IMG_4019.jpg

IMG_4021.jpg

IMG_4015.jpg

IMG_4017.jpg

IMG_4014.jpg

La vraie différence est plutôt dans le nombre de gens avec des chapeaux de paille et des tongs ou sandales en cuir – le signe de reconnaissance du vrai bobo.

Autre signe de bobo-itude, d’ailleurs: la forte présente de “heirloom tomatoes” (qu’on pourrait traduire par “tomates du terroir”), le légume favori du bobo (enfin il faut dire qu’il y en a des variétés qui sont super bonnes).

IMG_4018.jpg

Et une fois votre petit tour au marché terminé, vous pouvez vous balader autour du lac, vous assoir au bord de l’eau ou faire un barbecue.

IMG_4026.jpg

IMG_4029.jpg

Y’a même une petite plage pour faire des pâtés de sable ou faire caca (selon ce que vous préférez faire dans le sable, je sais que ça varie selon les gens).

IMG_4030.jpg

Allez, voilà, maintenant il reste plus qu’à tenir bon pendant tout l’automne jusqu’à ce que je vous remette des photos de ski!

22 août 2011

Hier matin, maman est allée au marché en banlieue

Quand on était jeunes, riches et méga tendance on vous avait parlé du marché de Nelson Park, où les gens jeunes, riches et méga-tendance vont le samedi matin avec leur sac recyclable en tissu Whole Foods et leurs tongs et leur petit chapeau Panama pour acheter des fraises organiques locales, goûter du miel organique local, choisir des arrangements de sel organiques locaux, et plus généralement sauver la planète.

IMG_3710.jpg

Maintenant on est vieux, pauvres, et on habite en banlieue, mais ça veut pas forcément dire qu’on peut plus aller au marché non plus. Le marché de Burnaby se trouve pas très loin de chez nous et dans un cadre suprenant: le village-musée historique de Burnaby.

IMG_3705.jpg

Il s’agit d’une simple reconstruction de ce à quoi ressemblait un village de Colombie-Britannique typique des années 1920s, avec un mélange de reproductions ultra-artificielles et d’objets de toute évidence authentiques. Rien de bien passionant, mais l’endroit a son petit charme, et ça donne une athmosphère bien particulière au marché.

IMG_3719.jpg

IMG_3722.jpg

Le public est aussi très différent… le bobo du West End est ici remplacé par la mère de famille de 35 ans avec ses 2 gamins, et la Canadienne de 65 ans qui refuse de quitter sa vieille maison pour qu’on y construise un immeuble de 40 étages est remplacée par la Chinoise de 75 ans qui essaie de vendre sa maison à 20% au-dessus du prix du marché.

A part ça, on retrouve les classiques: des petits kiosques avec des tentes pointues, divers produits frais et bidules artisanaux, de la musique, et un mec déguisé en cuistot qui pisse sur un étalage de chocolat.

IMG_3712.jpg

IMG_3717.jpg

IMG_3703.jpg

Et des sculptures végétales de vaches, aussi.

IMG_3715.jpg

Non, moi non plus je sais pas.

Allez hop, j’espère que vous aussi vous sauvez la planète le samedi matin entre 10h30 et 11h15.

25 juin 2011

Chocolat et bonbons

Je vais pas souvent à Metrotown, mais si j’y vais tout seul, voilà ce qui arrive.

IMG_3122.jpg

2 mars 2011

Les pates carbo du caribou

On vous l’a déjà rabaché plusieurs fois mais l’un des sujets de conversation principaux entre un Français métropolitain et un Français expatrié est celui de la bouffe. Un l’instar d’un oncle inquiet pour votre santé, le Français métropolitain va vous demander, les mains tremblantes, si au Canada on peut trouver du fromage qui pue ou du vin qui pique ou du foie gras ou des croissants ou je sais quoi. Et la réponse sera invariablement: “oui, on en trouve, c’est juste que ça peut coûter parfois cher”.

Par contre, personne ne nous demande si on trouve du lait UHT. Parce que ça, y’en a pas. Et y’a d’autres trucs auxquels on ne pense pas du tout…

Tenez, par exemple, vous connaissez probablement tous la recette des “pâtes carbo” que Jean-Kevin nous détaille de manière brillante sur son site (ce qui lui vaut d’ailleurs un procès, puis des explications forcées). Pour résumer, vous mettez des pâtes à cuire 10 minutes, vous faites revenir des petits lardons Herta dans une poëlle, et vous rajoutez des oeufs et de la crème fraiche. Vous avez probablement tous fait ça dans votre chambre d’étudiant de 18m2 quand vous étiez jeune (par contre vous avez peut-être pas tous chopé des meufs comme Jean-Kevin, mais c’est pas grave).

Mais au Canada? Horreur, malheur! Impossible de suivre la recette! (comment font les étudiants pour choper des meufs? Mystère!)

IMG_2429.jpg

D’abord, on ne trouve pas de crème fraîche comme en France. On a plusieurs variantes d’un truc qui s’appelle “sour cream” (ou “crème sûre” en québecois) qui est plus légère que notre crème frâiche normale (14% de matières grasses? non mais franchement?). C’est de la crème fraiche légère, quoi. Le genre de truc que j’essaie d’éviter d’habitude parce que les trucs légers, c’est pas bon pour mon cholestérol. Ils ont aussi quelques rares trucs nommés “crème fraîche” avec un taux de matières grasses décent, mais la texture est toujours un peu différente… mais c’est pas grave, on s’y fait rapidement.

L’autre grand drame, c’est qu’il n’y a pas de petits lardons Herta. Y’a pas de petits lardons tout court, d’ailleurs. Les lardons, il faut se les faire à la main, avec sa planche à découper et tout.

IMG_2167.jpg

C’est pas plus mal, remarquez, puisque ça nous pousse à faire des pâtes carbo correctement, avec la pancetta et tout le bousin (ça, y’a aucun problème pour trouver de la pancetta à Vancouver, y’en a dans toutes les grandes surfaces au rayon boucherie). Par contre, entre les lardons Herta et la pancetta, y’a comme une légère différence de goût (genre les lardons Herta ils ont pas de goût, alors que la pancetta oui, vous voyez?). Du coup, ça peut faire un choc la première fois. Si vous êtes un peu sensible du palais, je recommande de mélanger la pancetta avec du canadian bacon, bien moins fort. Visuellement, vous verrez à peine la différence – tous les lardons se ressemblent plus ou moins – mais le plat final sera plus doux.

Et voilà comment on fait des pâtes carbo au Canada! Fascinant, non?

19 janvier 2011

Marché de Noël à Vancouver

Houlà je me suis aperçu que j’ai oublié de poster toutes mes photos des fêtes, comme par exemple une démonstration de l’existence de marchés de Noël germaniques même dans des coins reculés du nord-ouest américain. Et comme à peu près partout à part certains coins d’Allemagne, Danemark et Suède, les marchés de Noël c’est plutôt naze.

IMG_7497.jpg

Vous ne trouverez pas grand chose d’original dans celui de Vancouver… j’veux dire, on suit ici la tradition des petites cabanes en bois, du vin chaud et des babioles à vendre dont on a absolument rien à foutre, sans compter que de toutes façons il fait trop froid pour se sortir les mains des poches pour aller chercher son argent.

IMG_7514.jpg

Côté bouffe, ils ont quand même fait un effort: j’ai pas vu de hot-dogs ou burgers ou autres trucs du genre. A la place, on a droit à de la choucroute et des crêpes et de la raclette et d’autres trucs vaguement européens.

IMG_7499.jpg

Ah oui, et evidemment, c’est blindé de monde. Ca serait pas un vrai marché de Noël si c’était pas blindé de monde.

IMG_7512.jpg

Ben voilà, c’est tout quoi. C’est un marché de Noël. Vous avez déjà passé plus de 5 minutes dans un marché de Noël, vous? Ouais, moi non plus. Allez hop, on se quitte sur du bon fromage fondu. Au moins tout n’est pas perdu…

IMG_7505.jpg

8 décembre 2010

C’est local, ma bonne dame

A Vancouver, outre la pression pour faire du footing, du yoga, et manger du tofu et des légumes locaux, il y a aussi la pression pour soutenir les petits artisans locaux. Ca fait bien deux ans que je me dis qu’il faudrait que je m’y mette, histoire de poster un article sur le sujet, mais bon, la flemme, tout ça… et voilà que Véronique s’y met (et à tour de bras en plus), alors bon, je me suis bougé les fesses ce week-end en allant au craft show que j’avais en ligne de mire depuis longtemps: Got Craft?

IMG_7532.jpg

Tenue sur Commercial Drive, l’autre repaire de bobos écolos vancouvérois, l’itération hivernale de cette année regroupait une cinquantaine d’artisans locaux, allant de l’agent immobilier recyclé en chocolatier à la mère au foyer qui fait plein de couture en passant par des fabriquants de livres ou de pin’s ou de petits gnomes qui servent à rien mais qui sont mignons.

IMG_7530.jpg

IMG_7549.jpg

Beaucoup de choses intéressantes et mignonnes à voir, mais aussi beaucoup de monde. Ca papote dans tous les sens, ça marchande, ça essaie des écharpes et des chapeaux, et tout ça pendant que du jazz passe sur la sono, histoire de donner un certain cachet à la chose. Le plus compliqué c’est surtout de trouver un truc dont on a réellement besoin… enfin à part le chocolat. Le chocolat, ça, on en a toujours besoin.

IMG_7535.jpg

IMG_7537.jpg

Finalement, outre quelques truffes, j’ai passé une commande spéciale pour une petite poche sur-mesure pour mon nouveau téléphone.

IMG_7547.jpg

Allez hop, je vous remet une platrée d’autres photos, mais bon vous voyez le genre.

IMG_7544.jpg

IMG_7540.jpg

IMG_7546.jpg

Et voilà. Allez hop, c’est bientôt Noël alors foncez sur Etsy, trouvez des artisans locaux, et achetez des cadeaux un poil originaux à votre famille, vos amis, voire même vos auteurs de blogs vancouvérois préférés! Et bon magasinage, comme ils disent du côté complètement opposé du Canada!

IMG_7543.jpg

21 juin 2010

Hier matin, maman est allée au marché

Je vous parlais dans le billet précédent des activités printannières vancouvéroises, eh bien en voilà une autre: aller au marché.

Farmer's Market Today

A Vancouver, avec tous les bobos qui deviennent végétariens et écolos après avoir vu des films où on tue des dauphins, la pression pour consommer des produits locaux et bio est assez énorme. Du coup, nombreux sont les gens qui, le printemps venu, vont faire leurs courses au marché du coin. Bien sûr, le reste du temps on trouve des marchés couverts permanents comme celui de Granville Island, mais les marchés de quartier sont beaucoup plus relax et conviviaux, avec une petite touche estivale indéniable.

West End Farmers' Market (1)

Celui de notre quartier (le West End Farmers Market, à quelques pâtés de maison de chez nous) ressemble à n’importe quel marché de la côte ouest: des petits chapitaux blancs au-dessus des étalages de produits, et des musiciens qui s’occupent du fond sonore.

Musiciens au marché

On y trouve, comme vous pouvez vous en douter, des produits frais, que ce soit des fruits et légumes, du poisson ou de la viande (mais ça c’est plus rare, hein, rapport aux bobos végétariens).

West End Farmers' Market (3)

West End Farmers' Market (4)

On trouve aussi divers produits “faits maison”, du miel aux céréales en passant par les tartes, gateaux et autres patisseries, fromages, pains, et j’en passe.

West End Farmers' Market (5)

Miel

Fudge

Et il ne faut pas oublier l’incontournable crêperie française, qui distribue Nutella et bonheur aux passants:

Crepes francaises

Bref, voilà, c’est le marché du samedi matin. N’oubliez pas d’y aller en vélo avec vos sacs en tissu, hein… parce qu’il ne faut surtout pas froisser le bobo écolo, il pourrait vous frapper avec son iPhone.

West End Farmers' Market (7)

9 juin 2010

Des fruits bizarres

Il y a très très longtemps, j’avais mentionné la présence de plein de fruits bizarres sur les marchés vancouvérois. La proximité (toute relative) de l’amérique centrale ainsi que la forte population asiatique (et part “forte” je veux pas dire qu’ils sont gros… juste qu’ils sont nombreux) font que même les marchés pour petit occidentaux blancs et grassouillets auront un minimum de fruits exotiques disponibles (mais vous en trouverez bien plus dans les magasin asiatiques, bien sûr, si jamais vous y comprenez quelque chose). Rien que pour vous, j’ai décidé d’en tester 3.

Fruits exotiques

Vous reconnaissez peut-être la banane plantain, le fruit du dragon (devant à gauche), et le kiwano, ou “melon cornu” comme ils disent ici (à droite).

La banane plantain est relativement bien connue en France donc on va passer rapidement dessus: c’est une banane fade.

Le fruit du dragon, par contre, c’est bizarre. Laure en avait goûté au Vietnam et avait trouvé ça pas génial, sauf si c’est en smoothie avec plein de sucre. Et je confirme, c’est pas folichon.

Fruit du dragon

Ca a un peu la consistance du kiwi, mais en plus gluant. Le goût est assez fade, très très légèrement sucré. Mais surtout fade. Et gluant.

Le kiwano, par contre, c’était la grosse surprise: je m’attendais pas à trouver un truc pareil à l’interieur.

Kiwano

On dirait du faux sang d’extra-terrestre issu d’un mauvais film TV. C’est vert flashy, gluant à souhait, avec des graines jaunes. On est censé apparemment aspirer tout ça directement avec la bouche… c’est rigolo les 2 premières minutes. Le goût est proche du kiwi dans le genre acide. Certains disent aussi que le goût se rapproche du concombre. Si si.

En fait, le problème avec ces fruits exotiques, c’est que j’ai aucune idée s’ils sont mûrs ou comme il faut. J’veux dire, le mec qui a jamais mangé une pomme, il pourrait en bouffer une trop mûre et totalement farineuse et décider que c’est naze… donc si vous savez comment choisir vos fruits du dragon ou vos kiwano, postez les instructions en commentaires! Je vais probablement re-essayer une ou deux autres fois, et ensuite passer à d’autres fruits encore plus bizarres! Ouais!