7 mai 2008

A vol d’oiseau

A vol d'oiseau

16 avril 2008

En attendant le déluge

En attendant le déluge

22 mars 2008

Freebird

Freebird

6 janvier 2008

Attention, mouette rieuse

Attention, mouette rieuse

Sur Granville Island, il faut faire gaffe, sinon y’a des mouettes vicieuses qui vous piquent votre bouffe, ou qui chient dessus.

C’est méga dangereux, le Canada.

12 octobre 2007

Pareil, mais sans Vanity (partie 1)

The Fair, soit la Foire de Vancouver, c’est, d’après ce qu’ils disent sur leurs pubs, « le meilleur moment de l’été« . Ils ajoutent même un point d’exclamation après. Bon… si on me demandait mon avis, je dirais qu’il faudrait renommer ça « un moment de l’été pas trop mal mais faut pas trop pousser non plus« , mais je suppose que ça tenait pas sur l’affiche. Et puis c’est qu’ils sont toujours enthousiastes ces nord-américains, de toutes façons. On a l’impression d’être des vieux rabats-joie grincheux et réactionnaires à côté… allez, tenez, je veux bien ajouter un point d’exclamation, du coup. La Foire de Vancouver, c’est un moment de l’été pas trop mal mais faut pas trop pousser non plus!!! (ouaah, je suis épaté par mon propre positivisme).

Installé au PNE, dont on a déjà parlé avec le fabuleux et tourbillonant Playland (je travaille mon enthousiasme, hein, remarquez), The Fair, c’est plein de spectacles émoustillants, d’attractions fantasmagoriques, d’expositions délirantes et de stands de hot-dog époustouflants (vous me dites si j’en fais trop, hein1).

L’incontournable de ce genre d’évènement, c’est la présence d’animaux, histoire de pouvoir montrer à ses gamins d’où viennent les oeufs (du cul d’une poule), d’où vient le bacon (du cul d’un cochon), et d’où vient le fertilisant qui fait pousser les Kellogg‘s Corn Flakes (du cul d’une vache). La sortie familiale et éducative par excellence, quoi. Oh, et puis ça vous permet de ne plus pouvoir aller aux Etats-Unis pendant 6 mois, à moins de mentir dans votre déclaration à la frontière.

Ca tète à tue-tête

Bronzage pour poussins

T'as vu ta tronche?

Serge

Outre croiser le regard vitreux de divers animaux, on peut aussi voir des plantes, comme par exemple plein de sortes de champignons. Ca permet d’expliquer aux gamins pourquoi papa il rigole tout seul, des fois, quand il revient du fond du jardin…

Fleur des champs (1)

Et sinon, sans trop de photos pour vous le prouver (mais vous me croirez sur parole), on peut voir d’excitantes courses de cochons, des magiques spectacles de chevaux, d’épatants concours de cow-boys, et même une super démonstration de super chiens qui est super.

IAM Superdogs

(non, sérieux, c’est pas facile de zig-zagguer entre des piquets, hein… ça a l’air facile comme ça, mais c’est super dur en fait…)

Ouaaaah. The Fair, c’est vraiment la partie de l’été qui est pas mal mais sans trop pousser non plus! Mais que diantre, toute cette excitation m’a largement éprouvé. Faisons donc une courte pause, et je reviendrai plus tard vous parler des autres aspects toontastiques (oui oui, toontastiques, parfaitement messieurs-dames) de la Foire de Vancouver, qu’on nous envie tant à l’étranger!!!

1 Ceci dit, j’ai bu un super bon jus de citron à un des nombreux stands de boisson et de bouffe disséminés un peu partout. C’est cool, parce qu’en amérique, la lemonade, c’est presqu’une institution.

19 septembre 2007

Des mutants parmis nous

Des mutants parmi nous

21 août 2007

Bouba, faut pas l’énerver

Les lecteurs réguliers se rappellent de Grouse Mountain, qui nous a valu son pesant de transpiration et de courbatures, et des différentes activités fascinantes qu’on peut y faire.

Ce qu’on peut y faire, aussi, c’est rien du tout. Comme dans, par exemple, roupiller peinard sur la pelouse, à l’ombre d’un gros arbre non-identifié mais indubitablement canadien, ou au pied d’une statue vaguement aborigènisante (et problablement fabriquée dans une usine coréenne à plusieurs exemplaires).

IMG_5698.jpg

IMG_5694.jpg

Un autre truc pas trop crevant, c’est d’aller voir l’un des refuges pour les animaux sauvages en danger. Et part « animal sauvage en danger« , ils parlent bien sûr de grizzlis de 300kgs qui peuvent vous arracher la tête rien qu’en vous caressant la nuque.

IMG_5676.jpg

Evidemment, les 2 grizzlis visibles de près (Grinder et Coola) avaient été receuillis lorsqu’ils étaient des pauvres bébés maigrichons, mais bon, quand même. On nous dit qu’ils sont maintenant trop gentils pour être relâchés dans la nature (contrairement à d’autres qui sont soignés et pris en charge à part), mais j’irai pas trop me frotter à un animal dont les griffes font 30cm.

Ah ça, Bouba, faut pas l’énerver, hein.

IMG_5678.jpg

6 août 2007

Moi et ma squaw

Vancouver Island, on en a déjà parlé, c’est la grosse île qui se trouve entre Vancouver et l’immensité tumultueuse de l’Océan Pacifique. L’une des conséquences de cette particularité géographique est qu’il n’y a que très peu de vagues le long des plages vancouverites… d’où une activité très courante chez les habitants du coin: le kayak de mer.

Pour tester ça, on est allés à Bowen Island, à 20 minutes en voiture puis 20 minutes en ferry du centre ville. Après avoir loués les kayaks pour la journée et pris une leçon express de pilotage, nous voici partis pour un périple d’environ 2h30 jusqu’à une île déserte voisine où on a prévu de pique-niquer.

Départ de la journée kayak

La première moitié du trajet, longeant la côte, est peinarde, et nous permet d’admirer des maisons dont on aimerait bien hériter d’un oncle lointain.

Mer calme, kayak peinard

Avec le doux bruits des clapotis de l’eau, la pagaie dans les mains, les montagnes au loin, on se sent comme un aborigène qui recherche des nouveaux terrains de chasse… bon okay, un aborigène débutant. Avec un kayak de location. Et un gilet de sauvetage, un appareil photo numérique, des baskets Adidas, et… bon, merde, si j’ai envie de me prendre pour un aborigène, je me prendrai pour un aborigène! Non mais.

(la prochaine fois j’irai faire du canoë sur une rivière avec ma squaw, tiens)

Enfin bref, on a vu quelques animaux, aussi, comme des daims et des gros oiseaux, ou, dans l’eau, des otaries… même si moi j’en ai vu aucune (sniff).

Un gros oiseau

La partie un peu difficile, par contre, c’est la traversée pour aller de Bowen Island à Gambier Island. Elle dure entre 30 et 40 minutes, et nous place sur la route des ferries. Et le problème d’un ferry, c’est que c’est quand meme assez symmétrique, donc pour savoir dans quel sens ils vont (et donc savoir si on doit s’arrêter ou pas), c’est un peu chaud. Ajoutez des grosses vagues et vous aurez une idée du truc. Bon, ça ferait rigoler n’importe qui avec un peu d’expérience de kayak de mer, mais pour des débutants moyennement motivés à l’idée de se retrouver à l’eau, c’était, euh, instructif.

Enfin bref, on est quand même arrivés sans problèmes à la plage sur laquelle on a eu droit à un repas royal: l’autre français du groupe avait préparé un confit de canard qu’il a fait cuire grâce à un petit réchaud à gaz.

Confit de canard improvisé

3 juillet 2007

Ascension

Ascension

17 juin 2007

Sushi frais

A Vancouver, les poissons frais, y’en a pas que dans les restaurants de sushis. Y’en a aussi à l’aquarium de Vancouver, dont certains se rappellent peut être les loutres toutes mimi qui se tiennent la main. D’ailleurs, hop, pour la peine, on s’en remet une petite vite fait (salut Jérôme!).

Notre dame de Loutre

Situé dans le Stanley Park, c’est une étape idéale pour se reposer un peu après une grosse balade en forêt. Mais attention, hein, c’est pas n’importe quoi, cet aquarium, messieurs-dames. C’est le plus gros du Canada. Du coup, il vaut mieux éviter d’y aller le week-end, et plus particulièrement le dimanche, surtout s’il fait moche1, si on ne veut pas se retrouver au milieu d’une foule compacte composée à 40% de gamins criards.

Dehors, on est acceuilli par la très jolie statue d’orque conçue par Bill Reid, un artiste local d’origine Haida (un des peuples aborigènes originaires de Colombie Britannique), et dont on reparlera de temps en temps dans ce blog car on peut croiser d’autres oeuvres à lui autour de Vancouver. En plus, ce mélange de design moderne et de tradition amérindienne est assez cool, je trouve.

Orque

Sans grande surprise, on voit au gré de la visite tout un tas de poissons, pieuvres, anémones, algues, pneus, vieux vélos, carcasses de super-tankers, et autres cadavres de Léonardo Di-Caprio. Enfin bref, tout ce qu’on peut trouver au fond de la mer2, quoi.

OVNIs

Quelques surprises vous attendent, ceci dit, mais on va pas tout vous gâcher… sauf pour les poissons qui mangent des noix, parce que certains de nos amis nous ont pris pour des débiles quand on a essayé de leur raconter3. Donc je me sens obligé de me justifier, sur ce coup…

Poissons mangeurs de noix

Et c’est des grosses pièces, hein. Ca fait au moins 1m50 le poisson, là.

La preuve

Voilà. Ca, c’est fait.

Maintenant, y’a pas que des poissons à l’aquarium de Vancouver. Y’a aussi tout un tas de trucs qui vivent autour de l’eau, comme des crocrodiles, par exemple.

Crocrodile

Mais là aussi on va pas trop gâcher la surprise. Sachez juste qu’il y a plein de gros animaux à voir, de petits détails surprenants sur la vie aquatique à apprendre, et de bonnes actions à faire pour les espèces menacées (l’aquarium est en fait, depuis sa fondation dans les années 50, une vitrine commerciale pour une association qui vient en aide aux animaux maritimes).

Dernier conseil pratique: avant d’aller visiter l’aquarium, vérifiez que les attractions les plus populaires (dauphins, bélougas, etc.) ne sont pas temporairement annulées. Il y a des travaux de rénovation et d’extension de l’aquarium ces temps-ci qui peuvent vous priver de certains spectacles. Ca serait dommage de les rater.

Allez, sur ce, on va se prendre un Filet-O-Fish chez MacDo, nous.

1 Oui, y’a des dimanches où il fait pas moche, ici. Bande de mauvaises langues.

2 Qui est frais, d’ailleurs.

3 Un peu comme la fois où j’ai essayé d’expliquer à des gens que les éléphants, ça nage super bien. Si si, j’vous jure.