11 juin 2011

Nourriture de Japonaise

IMG_6388.jpg

Des fois, le français pour faire genre “restaurant chic”, ça marche moyen.

1 mai 2011

L’art d’attendre le bus: le retour

Si vous êtes un lecteur de longue date, vous vous rappellez peut-être que l’un de mes premiers chocs culturels en arrivant à Vancouver était la découverte qu’ici les gens font la queue pour attendre le bus. Genre une vraie queue, l’un derrière l’autre, et on monte chacun à son tour sans essayer de gruger. Aujourd’hui, pour vous montrer que ça peut prendre des proportions incroyables, je vous ai fait une petite vidéo:

28 avril 2011

Gris et bleu

En ce moment, j’adore, la météo tangue entre le beau-temps et la pluie et ça donne des ciels contrastés incroyablement beaux. La caméra de mon téléphone a du mal à capturer le moment, mais croyez-moi, c’est joli.

2011-04-19 17.52.47.jpg

Pour ceux qui ont oublié leur géographie vancouvéroise, la grosse boule avec plein de travaux de rénovation autour, c’est le Science World, une sorte de Palais de la Découverte en plus naze. A droite, des gens qui font du bateau-dragon. En bas, de l’eau.

24 avril 2011

Dernières neiges

On est presque en Mai mais y’a encore de la neige sur les montagnes. Les stations de ski de banlieue ferment, mais pas de panique, on peut encore faire de la luge en admirant la vue.

IMG_2738.jpg

A Whistler/Blackcomb par contre, la neige est exceptionnellement bonne pour une fin de saison. Ici, au sommet du glacier, on croirait surfer sur du lait…

IMG_7678.jpg

16 février 2011

Gastown c’est super trop top cool tendance

La scène de la restauration vancouveroise a vu pas mal de hauts et de bas depuis quelques années. La venue de grands chefs New-Yorkais, la crise, les jeux olympiques, l’évolution de la cuisine populaire… on a vu pas mal de restaurants haut-de-gamme se chercher de nouveaux clients, parfois en ouvrant certains jours de semaine pour le repas de midi, parfois en ré-ouvrant avec nouveaux noms, nouveaux menus, ou nouveaux concepts. Les gens font plus attention a leur budget qu’avant, et les établissements cherchent donc d’autant plus à fidéliser ceux qui viennent à leur table via moultes stratagèmes, de la présence sur Twitter ou Foursquare, à la présentation familiale et décontractée, en passant par des plats qui rivalisent en raffinement, authenticité ou rapport qualité/prix. Et pour faire des économies, les restaurateurs ouvrent de plus en plus de petits établissements à Gastown, le quartier "historique" super tendance de Vancouver qui repousse lentement mais surement la frontière du Downtown Eastside, le quartier des SDFs et des drogués.

IMG_7349.jpg

Gastown, c’est un quartier fabuleux. Si vous y sortez pour la soirée, vous pourrez tour a tour:

  • Rencontrer quelqu’un qui sent mauvais et veut vous vendre du crack.
  • Traverser le tournage d’une série TV ou d’un film censé se dérouler à Seattle ou San-Francisco.
  • Croiser des top-modèles en talon aiguille qui se rendent dans une boite de nuit trendy, et probablement pour un évènement VIP-only.
  • Vous faire arrêter par un policier qui vous dit de faire le tour du bloc parce qu’une bagarre entre SDFs a dégénérée et y’a le SAMU qui doit arriver.

Mais bon, bref, je voulais vous parler des restaurants de Gastown, moi. Parce que si vous voulez en ouvrir un trop méga cool d’où que tout le monde veut y venir parce qu’on y a vu Tom Cruise la semaine dernière, j’ai quelques conseils.

IMG_7631.jpg

D’abord, il faut qu’on puisse voir les mecs qui font la bouffe. Il faut que ca ait l’air d’un pote qui te fait ton sandwich, tu vois (ca te dérange pas que je te tutoie, au fait, hein?). Pas d’uniforme, évidemment — ça fait plus authentique, ça fait européen. Points bonus si le cuistot porte un béret ou autre type de couvre-chef qui fait classe mais populaire. Et authentique. Ah oui et le tablier, il faut qu’il soit propre, mais pas trop: à mi chemin entre "pas de chichis entre amis, on peut se refiler nos rhumes" et "attention y’a peut-être un inspecteur de l’hygiène qui va venir donc faut pas déconner non plus".

IMG_6162.jpg

Ensuite, il faut que les menus soient écrits à la craie sur des tableaux noirs. Les menus a la craie, ça fait authentique, ça fait européen. Ca fait genre on change le menu tout le temps parce que bon, c’est un peu tu viens chez nous alors tu manges ce qu’on a fait aujourd’hui. Points bonus si tu mets des noms de fromages ou de vins super obscurs.

IMG_7638.jpg

La déco doit être barebones, genre (tu vois ce que je veux dire?). Déjà, tu ouvres ton resto dans un vieux bâtiment parce que ça fait authentique (et européen), alors il faut qu’on voie les poutres en bois et les canalisations et tout ça (tu peux en rajouter exprès si y’en a pas, on en trouve à Ikea). Pour augmenter le rendement du resto tu mets des super petites tables avec des petites chaises pas confortables du tout, et tu en entasses autant que possible dans les 30m2 que t’as. T’inquiètes pas, les gens vont pas râler, ils vont trouver que ça fait plus européen, donc c’est bon. Points bonus si en fait t’as juste une seule grande table et tout le monde bouffe ensemble dessus. Ca fait genre "cantine". C’est familial et authentique. Voire même: européen.

IMG_6160.jpg

Oublie pas aussi de décorer avec plein de merdes que t’as trouvées à la décharge. Rajoute de la bouffe par-ci par-là, genre tu entreposes tes vieux fromages et tes saucissons à côté des veilles machines que ta grand-mère utilise plus parce qu’elle s’est acheté un iPad à Noël. Je t’assure, ca va donner un côté… euh… comment dire… plus authentique? Ou plus européen? Enfin ca va plaire aux gens, crois-moi.

IMG_6164.jpg

Oublie pas aussi de te la péter avec un étalage de bouteilles de vin. Y’a rien qui fasse plus européen qu’un étalage de bouteilles de vin.

IMG_7636.jpg

Enfin, il faut pas oublier de faire attention aux plats. Ah ben oui parce qu’il faut aussi que ca ait l’air auth… ouais, voila, t’as compris. Donc par exemple si tu récupères plein de fourchettes et couteaux d’occase qui vont pas ensemble, c’est d’autant mieux, ça fait familial. Et puis prends des plats avec de la fonte et de la céramique et du bois et tout. Points bonus si tes plats ont des formes totalement pas fonctionnelles ou ergonomiques, mais O-RI-GI-NALES. Les gens vont se foutre de la bouffe sur le pantalon, mais au moins quand le plat arrive ils font “Ouah, ça c’est une assiette originale! Attends, je prends une photo avec Hipstamatic!”. C’est la première impression qui compte. Et oublie  pas qu’on est trop super à l’opposé de ces grosses chaines de restos corporatistes de merde avec leurs mugs qui se ressemblent tous avec le logo de la boite dessus. On est comme des anarchistes de la cuisine fusion, tu vois, mais avec plus de classe, genre jeans moulants, iPhone 4, et une carte de membre Greenpeace.

Bref, voilà j’espère que ça vous aidera à ouvrir votre resto tendance à Gastown. J’ai pas trop varié les photos (vous y voyez principalement du Meat & Bread et du Salt Tasting Room), mais j’aurais pu vous photographier du Café Medina, du Brioche, du Alibi Room, ou n’importe quel autre resto rapide dans un rayon de 5 blocs et ça aurait été pareil. Tenez, jusqu’à récemment on avait même un resto nommé “So.Cial at Le Magasin” — ça vaut son pesant de prosciutto, non?

17 janvier 2011

En 2011, tout le monde est gentil

Oui, bon, ça commence à faire un peu tard pour souhaiter une bonne année, mais on est encore en Janvier donc ça marche… et vous savez que pendant la saison de ski et de cadeaux, il faut pas trop compter sur moi. Enfin bref, bonne année à tout le monde!

Quelle est donc la bonne résolution de 2011? J’en sais rien, perso je prend pas de bonnes résolutions, mais si vous voulez amener un peu du Canada dans votre vie, vous pouvez décider de devenir plus gentil! “Gentil comment?”, allez-vous me demander… “Gentil comme un policier Canadien” que je vais vous répondre.

IMG_6895.jpg

Vous vous rappellez peut-être de cette anecdote d’il y 2 ans, où un policier, nous voyant picoler du vin rouge de manière totalement illégale sur la plage, vient nous voir pour nous dire “histoire que vous soyez au courant, ça, c’est illégal ici” et repart aussitôt. Eh bien je peux vous en raconter d’autres, des anecdotes… par exemple, un ami de Seattle qui, un peu fatigué par la route pour venir à Vancouver par le vol en avion pour Calgary, enchaine les bourdes routières les unes après les autres. Un policier l’arrête deux ou trois fois de suite, s’excusant à chaque fois: “excusez-moi, monsieur, mais vous semblez avoir grillé un feu rouge”. Ou “excusez-moi, monsieur, j’ai bien peur que vous ne vous soyez engagé dans une rue à sens unique”. Au final, le policier offre de l’excorter jusqu’à son hotel.

Un autre ami, qui se fait choper sans titre de transport à la sortie du Skytrain, donne un faux nom au policier qui décide ensuite d’appeller le central pour vérifier son identité, mentionnant que si tout est en ordre, il le laissera partir sans amende. Mon ami s’enterre dans un gouffre de corrections à deux balles (“euh, en fait, mes amis m’appellent John, mais mon vrai nom c’est Ernest”), et le policier, après un soupir et une deuxième vérification avec le central, le laisse partir avec un avertissement.

En parlant du métro, d’ailleurs, les controlleurs de Translink sont les plus gentils du monde. En France, les controlleurs ils sont pas cons, ils contrôlent à la sortie du train, pour choper les malins qui ont voyagé sans payer. J’ai même vu plusieurs fois des controlleurs postés derrière un tournant du couloir de sortie, pour ne pas que les gens dans le train les aperçoivent et décident de rester dans la rame jusqu’à la station suivante, mais avec des officiers habillés en civil au niveau du quai pour justement attraper les personnes ayant un comportement suspect, genre “je fais demi-tour au dernier moment”… mais ici non: ils contrôlent à l’entrée. A l’entrée! Et la moitié du temps, juste à côté des machines pour acheter les billets! Super intelligent, non?

De temps en temps, ils contrôlent à l’embarquement du train, loin derrière la ligne de validation du titre de transport, mais même là il est facile de s’en tirer. Par exemple, l’excuse du “oh mince, pardon, j’ai oublié de valider mon ticket, je vais aller le faire tout de suite” marche. Si si, j’ai testé pour vous, et quelques autres personnes m’ont dit que ça avait marché pour eux aussi. Trop gentils les controlleurs. Et c’est pas qu’ils sont stupides, hein… on voit clairement sur leur visage qu’ils ne vous croient pas, mais c’est juste que, ben, c’est la west coast, quoi. C’est pas grave… cool, gars. Relax. Pas de pression. Whatever.

Evidemment, les policiers et les controlleurs ne sont pas 100% gentils, faut pas pousser non plus. Le Canada c’est le pays des Bisounours, mais même chez les Bisounours y’a des méchants. Mais j’ai pour l’instant entendu énormément plus d’anecdotes du genre “ils sont soit super gentils, soit super cons… peut-être les deux” que des anecdotes du genre “CRS SS sales enculés de leur mère”… donc voilà, en 2011, répandez bonheur et joie autour de vous, soyez gentil comme un policier Canadien!

14 novembre 2010

Cette fois-ci c’est la bonne

Grâce à mon cher ami Pierre, j’ai réussi à ne pas rater l’anniversaire de mon blog pour une fois… Donc, comme le veut la coutume: joyeux quatrième anniversaire à mon blog! Et comme d’habitude, c’est le moment de faire un petit bilan.

Tout d’abord, vous aurez peut-être remarqué une légère baisse de fréquence de publication. Entre le nouveau boulot et le gamin qui grandit, le temps libre s’est fait plus rare… sans compter mes expérimentations capillaires estivales (les amis comprendront). Ma liste d’idées d’articles me fait peur non seulement parce qu’elle est longue, mais aussi parce qu’elle contient tout un tas de sujets à moitié obsolètes… enfin à moins que ça ne vous dérange pas de voir, en plein mois de décembre, des photos prises en juillet sur la plage. Bref, je vais essayer de me reprendre dans les prochaines semaines, mais une fois que les stations de ski ont ouvert leurs portes, je ne garantis plus rien.

On a aussi décidé d’arrêter de tergiverser sur le sujet immobilier (un sujet qui est par ici chaud comme une baraque à frites, comme on dit dans le Nord) et sommes devenus propriétaires pour la deuxième fois… notre empire immobilier est officiellement international. Ca veut aussi dire qu’on ne peut plus trop tourner autour du pot: on est vancouvérois… ou burnabiens… enfin bref, on est des “locaux”.

La tendance de l’année dernière, où j’entendais de plus en plus de gens parler français dans la rue, s’est poursuivie jusqu’à la fin de l’été. C’était surréel, comme ci la moitié des caissers de supermarché, de boulangers ou de vendeurs de magasins étaient des PVTistes. L’un d’eux m’a d’ailleurs signalé que les quotas de PVT pour le Canada avaient largement augmenté entre l’année dernière et cette année, et que c’était sans doute la raison d’une telle invasion. C’était intéressant de discuter une minute par-ci par-là avec eux au détour d’un passage à la caisse, et de récolter leurs impressions sur Vancouver en quelques phrases courtes, ainsi que leurs raisons pour y revenir ou pas.

Et pour finir, n’oublions pas la photo de chat. Je sais absolument pas pourquoi j’ai posté une photo de chat l’année dernière, mais j’avais sûrement une bonne raison… et qui suis-je pour me contredire?

IMG_6400.jpg

3 août 2010

La plage désastreuse

L’été, quand il fait trop chaud, le plus facile pour se rafraichir c’est d’aller se foutre à poil sur la plage. Si, si, je vous assure, c’est le plus facile.

A Vancouver, Wreck Beach, située à l’extrémité ouest de la ville juste derrière l’Université de Colombie Britannique, vous offre une vue imprenable sur l’Océan Pacifique, les montagnes alentours, et les fesses de vos voisins. C’est une des plus grosses plages nudistes d’Amérique du Nord, mais c’est aussi surtout une plage où les hippies sur le retour et les jeunes homosexuels aiment se libérer des contraintes de la société urbaine moderne. Comprendre: vous verrez plus de bites flétries que de poitrines gonflées par le désir de vivre.

Pour y accéder vous devrez descendre le long de l’un des divers sentiers qui descendent la falaise du campus de UBC jusqu’au bord de mer. Et par “sentier”, je veux plutôt dire “escalier”.

IMG_9518

Après un bon nombre de marches, on arrive à la plage. L’escalier n’est pas énorme (j’veux dire, c’est pas le Grouse Grind, non plus), mais il est quand même assez long pour se dire que ça va être dur de se retaper tout ça après la sieste.

IMG_9519

La plage est litéralement au pied de la falaise. C’est mignonnet.

IMG_9524

Je vous ai épargné les photos de gens prises de près, mais je vous confirme, ils sont tous à poil. Le plus étrange c’est qu’on en a vu certains qui sont certes à poil, mais qui gardent quand même leur sens pratique: des chaussures pour pas se faire mal aux pieds, un chapeau et un court t-shirt pour pas crâmer au soleil, etc… bref, des gens habillés normalement, à l’exception du slip. Dans un autre registre, mention spéciale au petit vieux à poil tout frippé qui vend des boissons fraiches.

IMG_9525

Comme vous pouvez le voir, la plage s’enfonce très lentement dans la mer, ce qui la rend très propice au skimboard.

IMG_9527

Sur la plage, vous pourrez aussi acheter diverses bricoles auprès des quelques hippies honteusement capitalistes qui y sont installés.

IMG_9520

Ah oui, petit avertissement: quand vous faites face à la mer, vous pouvez aller vous balader soit à gauche, soit à droite (il y a de nombreux chemins de balade à travers la foret de UBC). N’ALLEZ PAS A GAUCHE.

Sûr, à gauche, c’est joli, y’a des petites plages privées et autres coins romantiques avec vue sur la mer… mais bon, moi j’dis ça, j’dis rien, y’a des chances de tomber sur des scènes inavouables. L’étiquette de la plage a beau officiellement condamner ce genre de trucs (point numéro 4), on ne peut de toute évidence pas mettre l’amour en cage… enfin, sauf s’il est en string à l’intérieur de la cage et qu’il y a de la techno à fond la caisse, mais ça c’est une autre histoire.

17 juillet 2010

La pie qui pète

IMG_6556

Viva Espana

Oui, je sais, y’a pas beaucoup de nouveaux articles ces temps-ci (trop de boulot!), mais pendant que c’est encore vaguement d’actualité, voilà quelques photos des gens qui regardaient, sur un écran géant sur Granville Street, la finale de la coupe du monde football – ou “soccer” comme ils disent ici, parce qu’apparemment y’a plus de ballon et de pied dans le football américain (où on trimballe un truc ovale sous le bras) que dans le football du reste du monde (où on tape un ballon rond avec le pied)… aaaah là là, voilà encore un exemple de l’influence néfaste et inévitable des Etats-Unis sur son pauvre voisin isolé du nord… enfin non pas que ça me soucie, hein. Moi, le football, je trouve ça intéressant seulement quand Nietzsche joue, de toutes façons. Mais y’en a, ça les travaille, on dirait.

Enfin bref , voilà, y’avait plein de monde sur Granville Street, regardant un truc chiant sur un écran géant. Allez comprendre… (de toutes façons, le football, c’est gay)

IMG_6655

Encore moins compréhensible était le petit groupe de photographes (y compris votre humble serviteur) qui faisaient dos à l’écran et qui se crispaient sur leurs appareils dès que la foule s’emballait…

IMG_6639

…parce que les fans de foot, ils sont presque aussi forts pour faire du cinéma que les joueurs professionels.

IMG_6672

Et tout aussi beaux-joueurs!

IMG_6692

Mais le truc le plus rigolo c’était quand, en début de prolongations, le flux vidéo fourni par Bell s’est arrêté pendant plusieurs minutes.

DSCF1285

Les fans étaient paniqués, et un mec bossant pour Rogers, debout à côté de moi, me disait “Toutes les photos qui sont prises en ce moment? C’est la meilleure publicité dont je puisse rêver”.

Mais bon, finalement, l’image et le son ont été rétablis, et peu de temps après les fans espagnols se sont mis debout en criant, pour une raison qui m’échappe.

IMG_6701

DSCF1290

Et pendant ce temps-là, devant la gallerie d’art, y’avait des pauvres gens qui essayaient de manifester… triste, non?

IMG_6710

Vous trouverez quelques autres photos de l’évènement dans mon album Flickr. Enjoy!

IMG_6704