30 mai 2011

Le jeu des differences pas importantes: les rues et les avenues

Je sais pas vous, mais moi, après toute une enfance passée en France, je me suis habitué à certains trucs vis-à-vis de la signification des mots. Par exemple, une “entrée” (en français dans le texte) désigne le plat qui précède le plat principal, et non pas le plat principal lui-même (les trois quarts des restaurants nord-américains s’entêtent à penser le contraire). Et une douche, c’est ce que tout le monde prend le matin pour être propre et sentir bon – c’est pas un truc pour se nettoyer le vagin.

Dans le même genre, quand on me parle de rues et d’avenues, je m’imagine des voies de circulation urbaines plus ou moins grosses… mais pas ici. Regardons rapidement une carte de Vancouver:

View Larger Map

Voilà, hop, c’est déjà n’importe quoi. Ils ont plein de petites avenues (une pour chaque pâté de maison) qui croisent une grosse rue. Ca devrait pas être l’inverse?

En fait, au Canada (ainsi que dans d’autres pays comme les Etats-Unis), la plupart des villes adoptent un système où les dénominations de “rue” et “avenue” sont données aux axes orientés dans un sens donné. Ainsi, à Manhattan, les rues sont orientées d’Est en Ouest, alors que les avenues sont orientées du Nord au Sud. A Vancouver, comme vous pouvez le constater, c’est l’inverse – les avenues sont orientées Est/Ouest et les rues Nord/Sud (vous vous rappellez qu’ici on a un système routier en grille, j’espère?). Il n’y a pas vraiment de standard, chaque ville fait ce qu’elle veut (et certaines ont un systeme encore complètement différent).

Là où ça devient le bordel, c’est que certaines de ces villes (et plus particulièrement Vancouver) se sont développées en l’espace de quelques décennies plutôt que quelques siècles. Les responsables de la planification urbaine n’ont pas toujours pris le temps de renommer les voies ou de prévoir de la place dans les numéros pour des futurs quartiers. Ainsi, vers Strathcona et Grandview-Woodlands, au Nord de la 1ère Avenue, toutes les rues sont, euh, des rues (c’était ça ou numéroter les avenues avec des nombres négatifs). Et le gros axe qui traverse le quartier s’appelle “Commercial Drive”, alors que le suffixe “Drive” est d’habitude réservé aux rues semi-privées qui vous amènent chez un particulier.

View Larger Map

Vous avez aussi d’autres subtilités comme les rues interrompues: si vous avez un obstacle, genre un parc, un lac ou je sais quoi, une rue peut se terminer en cul-de-sac, et reprendre de l’autre côté. Par exemple, ici, “Osler Street” (orientée Nord/Sud, donc… vous suivez un peu, oui?) s’arrête devant le Jardin Botanique de Van Dusen et continue vers Sud.

View Larger Map

C’est super pour trouver une addresse non? Et ça c’est sans compter les rares (mais bien réelles) occurences de rues et d’avenues portant le même nom.

Bref, prenez un GPS quand vous partez en vadrouille…

  • Ouaip, pareil ici… Et si je me deplace a Toronto ou Montreal pour le boulot, GPS obligatoire pour ne pas m’arracher les cheveux 🙂

  • FredLM

    C’est un marseillais qui a du faire les plans et nommer les rues parce qu’à Marseille les boulevards peuvent être des impasses et les avenues des petites routes où on se croise difficilement. Quant à l’adresse de mon boulot, elle fait mention d’une rue dont nous sommes distants d’une cinquantaine de mètres à vol d’oiseau. Ca aurait été tellement trop simple d’avoir un numéro dans la rue qui borde le bâtiment.

  • Tu as oublié de parler du cauchemar que ça peut devenir quand la 6è rue croise la 6è avenue, que tu sais que tu dois tourner dans la 6 ou dans la 5 mais que tu n’as pas regardé si c’était ‘street’ ou ‘avenue’ avant de partir. Ca m’est déjà arrivé de tourner pendant 10 minutes avant de comprendre pourquoi je n’arrivais pas à l’endroit où j’étais censée arriver… Moralité, comme tu dis: jamais sans mon GPS.