26 janvier 2010

Pour les pigeons

Le downtown eastside, qu’on trouve dans la partie est du centre ville, est de loin le quartier le plus démuni de Vancouver. Il est aussi l’un des quartiers les plus polémiques avec l’arrivée imminente des jeux olympiques… mais la mairie vient de faire taire (au moins temporairement) certaines mauvaises langues en bouclant les travaux de Pigeon Park, une petite place triangulaire sur Carrall et Hastings.

Pigeon Park (1)

Cette place était jusque récemment principalement occupée par des fournisseurs et consommateurs de drogues dures, et les bancs squattés par des sans-abris. Il n’était pas inhabituel de trouver des seringues usées ou des excréments humains par terre. Le problème c’est qu’à un pâté de maison de là on trouve Gastown, avec ses bars huppés et ses vieux immeubles industriels transformés en lofts bobos, et Chinatown, avec ses jardins, ses marchés, et son festival du nouvel an qui tombera pile pendant les J.O. Et des touristes qui, en se trompant de rue, peuvent tomber sur des drogués et des odeurs de caca, ça fait pas super classe.

Pigeon Park (2)

Lorsque la municipalité avait annoncé le projet de revitalisation du downtown eastside il y a 3 ans, des gens avaient prédit que certains travaux traineraient en longueur histoire de garder les “indésirables” en dehors des zones touristiques. Mais au bout du compte, c’est la municipalité qui a eu le dernier mot… et si la théorie de la vitre brisée est un minimum vraie, ça pourrait être le début d’une réhabilitation pour un quartier malheureusement bien connu.

En retournant dans le downtown eastside avec mon appareil photo, j’ai pu encore une fois constater que ses habitants sont pourtant sympathiques et prompts à engager la conversation. Vous obtiendrez par exemple bien souvent des recommendations de photos ou de balades. J’en profite d’ailleurs pour vous raconter cette rencontre que j’ai eu l’année dernière avec un barbu du quartier:

Le barbu

J’avais discuté avec lui pendant une bonne demi-heure de photographie, d’architecture et de sculpture. Il avait suivi, disait-il, les cours de l’Université Emily Carr en art et design, mais avait ensuite enchainté les problèmes… il ne s’est pas attardé sur le sujet mais avait mentionné de rôle de la drogue, et un accident qui l’a privé de sa main gauche, remplacée par un crochet mécanique. Il semblait toutefois toujours motivé par toute forme de création artistique. Après m’avoir indiqué des endroits intéressants à prendre en photo, il m’a confié qu’il abordait parfois des photographes amateurs pour leur demander de prendre une photo spécifique. Il m’avait ainsi raconté, le sourire aux lèvres, comment il avait repéré une fois un mannequin dans une vitrine de magasin récemment abandonné. Il manquait une main au mannequin. Il avait donc convaincu un passant de le suivre, s’était glissé dans la vitrine à côté du mannequin, enlevant son crochet et prenant la même pose. Il aurait aimé voir la photo finale mais est simplement content d’avoir eu l’idée.

Le truc con c’est que j’ai oublié de lui demander son nom.

  • Sylvain

    Belle histoire. Tu vas etre oblige de retourner le voir pour lui donner la photo !