14 août 2008

Juste histoire que vous soyez au courant…

Elodie a fait mention de l’anecdote récemment et ça m’a rappellé que je n’ai pas parlé de ce « petit détail » sur les lois locales…

Lors du dernier pic-nic de bloggueurs francophones vancouverois, on avait ça:

Hors-la-loi

A un moment, deux policiers en quad qui patrouillaient la plage s’arrêtent à côté de nous. Tout le monde se regarde un peu gêné, attendant de voir ce que les policiers vont dire. Finalement, l’un d’eux nous lance: « bon, les gars, juste histoire que vous soyez au courant, ça, c’est illégal ici« , en agitant son bras vaguement en direction des bouteilles de vin. Tout le monde pense « ouais, on sait« , mais personne ne dit rien. Deux secondes plus tard, les policiers repartaient vers de nouvelles aventures en direction du soleil couchant (oui, l’uniforme, ça me fait de l’effet).

Parce que oui, boire de l’alcool en public est illégal ici.

J’entends déjà les grands cris horrifiés de l’assistance, mais je vous arrête tout de suite: moi, je m’en fous, je ne bois pas d’alcool (j’aime pas le goût… l’une des seules fois où j’ai bu de l’alcool c’était au Carnaval de Québec parce qu’il faisait super trop froid sa mère en calice).

Bref, pour revenir à nos moutons bourrés à la bière, il est illégal de consommer des boissons alcoolisées en public sauf dans les endroits qui ont une exemption, comme par exemple les concerts en plein air, les fêtes foraines, les fêtes de quartier, etc. De plus, vous ne pouvez pas acheter d’alcool là où vous faites vos courses. En effet, l’alcool s’achète ici dans des boutiques spécialisées et agréées, les « Liquor Stores« 1, dont les affaires sont surveillées par le gouvernement provincial (principalement le fait de ne vendre que de l’alcool d’origine contrôlée… votre petit alcool de bois fait maison devra donc rester dans le cercle familial, et le cercle d’amis, et le cercle de gens qui vous contactent par SMS ou via Internet et à qui vous refilez des bouteilles en cachette dans le parc…).

Tout ça, c’est bien, ça apprend la vie aux jeunes, qui doivent trouver moultes astuces pour échapper à la police, comme par exemple enterrer les canettes de bière dans le sable lorsqu’ils vont boire sur la plage le soir. Oh, et l’âge légal minimum pour boire au Canada est 19 ans sauf en Alberta, Manitoba et Québec où c’est 18 ans. Je vous laisse imaginer les virées d’adolescents entre provinces, ainsi que les virées d’américains montant au Canada à la recherche de bière facile (l’âge légal dans l’état de Washington est 21 ans!). Tout un système pour échapper au système. C’est beau la jeunesse.

image

Pour ce qui est de l’alcool au volant, c’est 0.5g en France, mais 0.8g au Canada (ce qui correspond à notre « état aggravé d’ébriété »). Je suis divisé entre penser que ça signifie que les français ne sont finalement pas de si gros alcolos que ça, ou, au contraire, que si, en fait.

Si vous voulez plus de détails croustillants sur les lois locales, vous pouvez aller sur le site du gouvernement provincial. Vous apprendrez par exemple qu’il est interdit de montrer, dans une publicité pour de l’alcool, un mec bourré qui dit que l’alcool c’est génial et que les enfants doivent en boire. Ouahouh, dingue.

Pour revenir à l’anecdote, mes connaissances canadiennes me disent que la police a pour habitude de vider ou de confisquer l’alcool et parfois d’obliger les gens à se disperser, à moins que quelqu’un dans le tas commence à faire son malin, auquel cas il peut se retrouver au poste pour la nuit. Dans notre cas, par contre, on a juste eu un avertissement rapide… Je sais pas si c’était le fait de tous parler en français ou le fait qu’on avait des bouteilles de vin plutôt que des sales cannettes de bière à 2 balles qui a mis les policiers dans une humeur coulante…

…ou alors c’est juste qu’ils ont été impressionnés par l’abominable cliché qu’on représentait, avec notre fromage qui pue, notre vin rouge, notre saucisson et notre pain, sans compter les gugusses en train de chanter la Marseillaise pour Radio Canada (ecoutez la 2ème partie de l’émission du 14 juillet 2008).

Maudits français…

1 Le Canada n’est pas le seul pays à limiter la vente d’alcohol à des magasins spécialisés (les détails varient entre provinces, en plus). Les Etats-Unis le font aussi ainsi que, par exemple, l’Australie, la Nouvelle-Zelande, la Finlande, le Danmark, la Suède ou la Norvège. Dans certains endroits il s’agit d’obtenir une acréditation, alors que dans d’autres une société ou association (souvent gouvernementale) possède le monopole de distribution… reste plus qu’à faire pareil avec les autres drogues pour doubler le budget national!

  • Naimi

    Eh ben vous en avez de la chance. A montreal, un pote a eu 180 dollars d’ammende pour avoir bu une bière dans un parc.

  • Olivier de Montréal

    Naimi, quelques blogueurs montréalais et moi avons fait des pique-niques semblables au parc Lafontaine, et il ne nous est rien arrivé.

    A mon avis, la police traque la bière, pas le vin. 😉

  • kiaora

    petite info sur  » comment dois-je gérer mon taux d’alcoolémie selon mon pays de résidence »…ayant vécu au qatar je vous fais part de la règle là bas: il existe UN seul et unique magason dans tous Doha pour achter de l’Alcool, et pour y accéder il faut:
    -être majeur
    – avoir une autorisation de son « employeur ou de son sponsor »
    – la quantité autorisée est en adéquation avec votre salaire..en gros plus t riche plu tu peux boire!

    et voila comment on ne voit pas de gens pauvre bourrés dans les rues…mais des qataris en planque et des expat brailler dans les hotels 4 étoiles!!!

    perso on m’a dit que tous les bars étaient en train de se voir interdire la vente d’alcool…bientot plus un seul Aussie a Doha??suspense!

    Anne

  • kiaora

    P.S: j’écris trop vite…je rippe les touches et voila le résultat!

  • Pingback: En 2011, tout le monde est gentil « Complètement à l'ouest()