5 juin 2008

La complainte de l’expat’

Si vous connaissez un expatrié, ou ex-expatrié, vous avez probablement entendu ce genre de remarque: "les XYZ sont durs à se faire comme amis", ou "les XYZ ils ne parlent pas beaucoup culture/histoire/politique", en remplaçant bien sûr le "XYZ" par la nationalité concernée (si vous n’avez jamais entendu un expat’ faire ce genre d’affirmation, vous avez bien de la chance). Dans notre cas, il s’agit donc des Canadiens.

Les Canadiens sont durs à se faire comme amis

D’abord, on n’abordera pas la question de savoir si vous êtes quelqu’un d’intéressant, sociable, et qui ne sent pas mauvais de la bouche. Mais brossez-vous bien les dents quand même, on ne sait jamais. Ensuite, on peut se demander comment on définit un ami… est-ce quelqu’un que l’on voit en dehors du travail ou de l’activité à travers laquelle on l’a originalement rencontré? Est-ce quelqu’un que l’on a comme ami sous Facebook? Est-ce quelqu’un avec qui on s’entend tout simplement bien?

Pour des gens de la tranche d’âge 25-35 ans, la majorité des amis sont issus des études (université, lycée, et même collège et école primaire si vous avez gardé contact toutes ces décennies). Ce sont des gens qui étaient dans votre classe ou promo, vos colocataires, ou des membres des mêmes activités étudiantes (clubs de sport, de musique, de cuisine, de reconstitution historique de la bataille de Mouveaux en Bouillonne, etc.). Se faire des amis dans la salle de classe est nettement plus facile et rapide que de se faire des amis dans la salle de réunion de votre boulot actuel. Dans les deux cas, pourtant, on se fait chier et on a pas envie de suivre ce que raconte le gars au tableau, mais c’est seulement dans le premier cas qu’il est possible de discuter avec ses voisins impunément depuis le fond de la pièce. Au bureau, on ne peut que se contenter de faire des gribouillis sur son carnet de notes, ou jouer au bullshit bingo.

La socialisation au travail est pourtant très différente entre la France et le Canada, et on reviendra sur le sujet un jour. Mais dans les deux cas, quelqu’un aura-t-il été au cinéma ou au restaurant avec ce gars qui est arrivé d’Ukraine il y a 6 mois? Probablement pas. La socialisation sera restée dans le cadre du bureau, autour du déjeuner de midi ou de la pause café. J’ai pu voir ce genre de situation dans les deux pays avec, heureusement, des exceptions (sinon, le gars repartirait dégoûté en Ukraine).

Les expatriés qui font les remarques du genre "c’est dur d’être ami avec les Canadiens" ont souvent tendance à croire qu’ils peuvent se reconstruire en moins d’un ou deux ans un cercle d’amis similaire à ce qu’ils avaient en France, et qui leur avait pris 10 ou 15 ans à bâtir sans les barrières culturelle et de la langue. Inversement, les indigènes ont déjà leur cercle d’amis bien établi. Vous êtes dans la même situation que l’Ukrainien sus-cité. Vous débarquez, vous ne connaissez pas grand monde, et vous cherchez à vous reconstruire un réseau. Les Canadiens et immigrés de longue date affichant déjà complet dans leur emploi du temps social, les expatriés se retrouvent statistiquement plus souvent entre eux. D’autant plus que l’on est dans la tranche d’âge où les gens déjà bien installés sont soudainement occupés par leur premier enfant, limitant encore plus leur temps libre.

Le plus facile est alors d’entrer en contact avec des expatriés Français puisque vous aurez immédiatement plein de points communs avec eux (principalement: râler sur la France, râler sur le Canada, et s’échanger des addresses pour acheter du fromage qui pue). Un travers courant chez les expatriés est ainsi de rejoindre la communauté Française la plus proche et d’y rester, n’ayant que peu d’amis non-Français, mais ne se gênant pas pour râler à propos de la sociabilité des autres nationalités.

Bref, j’espère que je ne viens pas de vous apprendre que s’intégrer dans un pays et se faire de nouveaux amis sont des procédés qui prennent du temps. Les outils indispensables pour cela sont ici Craigslist et Facebook, pour (re)trouver des groupes ou activités qui vous permettront de rencontrer des gens (clubs de sport, de musique, de cuisine, de reconstitution historique de la bataille de Mouveaux en Bouillonne, etc.).

Les Canadiens ne parlent pas culture/histoire/politique

Ma seule explication pour ce genre de remarque, par contre, est simplement la barrière de la langue. Difficile pour un anglophone d’engager, ou maintenir, une conversation soutenue sur l’histoire des Croisades s’il ne comprend pas la moitié de ce que vous baragouinez (et qu’il est trop poli pour vous le dire).

Evidemment, comme en France, les 3/4 des gens ne sont juste pas intéressés par ces sujets, préférant lire le DaVinci Code et regarder Canadian Idol/La Nouvelle Star (ouais, je fais mon réac’ si je veux, c’est mon blog). Mais jusqu’à présent, j’ai trouvé qu’il était par exemple très facile d’engager la plupart des Canadiens sur le sujet de la politique Canadienne ou Américaine. Un nombre étonnant d’entre eux ont suivi, au moins de loin, les élections Françaises. Et ce qui est bienvenu, c’est qu’ils ont chacun leur propre opinion. On est loin des discussions politiques Françaises où les gens regurgitent la moitié du temps ce que les Guignols ont raconté la semaine d’avant, ou évitent totalement le sujet en jouant la carte du réactionnaire cynique.

Une autre différence est que les Canadiens sont beaucoup plus éduqués sur le plan économique. Dans un pays où les lois du marché sont plus présentes, où le seul voisin est les Etats-Unis, et où la paperasse pour la banque ou les impôts est deux fois plus compliquée, il est très courant d’assister à des discussions sur le cours du loonie, sur le NASDAQ, ou sur les conséquences des dernières nouvelles américaines ou (dans une moindre mesure) européennes.

Sur le plan historique, par contre, il est probable qu’un Européen moyen est plus éduqué q’un Canadien moyen, tout simplement parce que l’Histoire (avec un grand H s’il vout plaît) occupe une part plus importante de notre culture et de notre identité, ce qui se retranscrit, par exemple, sur les programmes scolaires.

De toutes façons, il est indéniable que les Canadiens n’ont pas grand chose de local à se mettre sous la dent qui remonte plus loin que le 18ème siècle. En plus, un pionnier, ça prend du temps à construire des maisons et labourer des champs, donc il ne se passe pas beaucoup de trucs super intéressants. Du coup, on constate deux tendances. La première est de s’intéresser plutôt, au choix, à l’histoire de l’Europe, de l’Afrique, ou de l’Asie. C’est assez peu commun. Les nord-Américains se contentent d’avoir les yeux qui brillent quand on parle de Paris ou Barcelone ou Amsterdam, mais n’y connaissent pas grand chose, à part ceux qui y ont été en vacances. La deuxième tendance est de connaitre en détail l’histoire nord-Américaine du 20ème siècle. Je trouve que ce deuxième type de connaissance est assez intéressant car elle permet de mieux comprendre la direction actuelle du pays. En Europe, les gens qui s’intéressent à l’histoire se focalisent généralement sur des périodes lointaines qui, si elles sont souvent passionnantes, ne permettent pas vraiment d’expliquer le problème des banlieues.

 

Bref, voilà mon avis sur la complainte de l’expat’. Je suis sûr que certains ne seront pas d’accord, donc déchaînez-vous dans les commentaires! (je m’en fous, je peux les censurer, mouah ha ha)

  • jonasi

    Pour une fois que quelqu’un est lucide sur le sujet…

  • Loutron Glouton

    Ouaip, si t veux vraiment socialiser avec des Canadiens (et d’autres hein, j’suis pas exclusive) tu peux aussi aller à des meetup (www.meetup.org)et participer à des activités sociales comme le bingo du coin, arbitrer le match de hockey junior ou simplement faire du volontariat, c’est fou ce qu’on y rencontre comme Canadiens-et-ou-autres de sympas! Forcément, si tu restes planté chez toi à regarder la star’ac, tu feras juste copain/copain avec les numéros surtaxés… En tout cas, comme la personne plus haut l’a dit, pour une fois que quelqu’un écrit un truc lucide 😉

  • Old Papy

    Un ami, c’est l’étage inférieur à « conjoint » : c’est qq avec lequel tu as des activités communes, ou des sujets intellectuels communs : donc comme Loutron a dit, inscrit toi dans un parti politique canadien, ou fait un sport, ou inscrit toi en FAC de Vancouver à l’option « Culture des Iroquois », ou milite dans l’assoc de Défense des Ours Polaires. Ou bien tape sur un flic, en lui disant que tu voudrais bien avoir des amis dans la police.

  • Veronique

    En fait, avant de vouloir s’en faire des amis, c’est juste relativement difficile de rencontrer des gens originaires de Vancouver (et je t’arrete tout de suite Ludovic, je ne m’attends pas a rencontrer des Vancouverois d’origine lors d’un aperoblog francophone, j’ai une vie en dehors de la francophonie, OK?). Mais je suis bien d’accord avec toi sur le fait que se faire des amis, ca demande du temps, beaucoup de temps. Et trop de gens ont tendance a vite condamner le Canada au complet pour son manque d’ouverture ou je ne sais quoi.

    Pour ce qui est des sujets de conversation, j’ai ete plus d’une fois impressionnee par les connaissances qu’ont les Canadiens -et pas les plus socialement favorisés- sur des sujets très variés, incluant l’Histoire de France. Alors, les clichés sur les Canadiens incultes, hein…

  • stephanie

    toutefois, meme d’accord avec toi, en france, en ayant des amies depuis 15 ans, je me suis fait de nouveaux amis a 30 ans, en peu de temps. Un bon contact, et on se revoit dans la foulee (pas 5 mois plus tard parce qu’ils sont trop bookes, ou ont peur de passer une mauvaise soiree…).Ainsi, a ma balcony-party, la plupart des anglos invites ont annule au dernier moment.. genre du travail finalement (ou alors silence radio…). Mais bon, j’ai l’habitude…

  • Ludovic

    @stephanie: Est-ce que tu t’étais brossée les dents? 🙂 Plus sérieusement, certains ont peut être simplement annulé de peur de se retrouver au milieu de plein de conversations francophones. tu sais à quel point on a toujours tendance à repasser au français, ce qui exclut bien trop souvent les anglophones qui du coup partent assez tôt de ce genre de soirées…