15 janvier 2008

Le dessous des cartes

Après vous avoir fait peur sur la magie de l’hiver local (qui a quand même ses bon côtés), il faut que je rétablisse la vérité sur la météo de Vancouver… parce que bon, c’est rigolo de faire des blagues sur la pluie et tout ça, mais on voudrait quand même avoir des gens qui nous rendent visite, des fois.

En regardant les statistiques sur les 30 dernières années, on peut voir qu’il tombe en effet énormément d’eau1: 1160mm par an en moyenne, soit presque 80% de plus qu’à Paris (650mm), 20% de plus qu’à Montréal (950mm), et juste un poil plus qu’à Brest (1120mm). La surprise, c’est Londres, qui ne reçoit finalement pas beaucoup de volume (752mm). Par contre, il faut se rappeller que ce n’est ici qu’un total de précipitations. Il y par exemple une grande différence entre un endroit où il bruine tout l’année, et un endroit où il y a un déluge pendant 2 mois et un grand soleil le reste du temps.

Pour s’en rendre compte, on peut regarder les statistiques d’ensoleillement direct. En faisant la moyenne sur les 30 dernières années, on constate qu’on a autant de soleil qu’à Montréal, 10% de plus qu’à Paris, plus de 40% de plus qu’à Londres, et juste 5% de moins qu’à Toulouse! Au passage, on peut se rassurer en se disant que la réputation de Londres vient du smog et de la pluie fine, phénomènes générant peu de volume d’eau mais déprimant les gens photosensibles tout de même.

On se rend également compte, en suivant à la fois l’évolution des précipitations et du taux d’ensoleillement au fil des mois de l’année, qu’il y a de grandes différences dans la répartition des jours de beau et de mauvais temps. Ainsi, à Paris, il pleut à peu près pareil tout l’année (entre 50 et 60mm par mois tous les mois). A Montréal, ils se tapent de la neige l’hiver (entre 60 et 90mm par mois2), et de la pluie l’été3 (entre 80 et 100mm)! Comparativement, Vancouver se prend peut-être gavasse de pluie et de neige en hiver (entre 100 et 180mm!), mais l’été y est le plus beau (entre 35 et 45mm, et plus de jours d’ensoleillement que tous les autres)!

Bon, moi j’dis ça, j’dis rien, hein, mais vous savez maintenant quel est le bon choix pour vos prochaines vacances d’été…4

1On prend ici les précipitations générales, soit la pluie, la neige, la rosée matinale, le brouillard, les gens qui pissent depuis leur balcon, et autres formes d’humidité ambiante.

2 Je rappelle que le taux de précipitation mesure l’humidité globale. Il ne s’agit donc pas de 60 à 90mm de neige (tout Montréalais sait bien qu’il en tombe bien plus!) mais 60 à 90mm d’équivalent en eau.

3 L’été Montréalais est relativement caniculaire, avec des périodes de gros soleil et hautes températures, et des périodes d’orage.

4 La bonne réponse était bien sûr « Hawaii« .

  • Anthony

    Merci pour la comparaison avec Toulouse, ca me rassure un peu pour l’ensoleillement, vu qu’on va emmigrer de Toulouse à Vancouver 🙂

  • Ludovic

    Vancouver va bientôt devenir francophone avec tous ces français qui se ramènent! 🙂

    Bonne chance pour l’installation, et merci de visiter mon site!

  • Fer

    Eh te plains pas trop. La pluie au moins coule en tombant et ne laisse pas d’énormes accumulations blanches et glissantes comme la neige. Et les températures où l’eau reste liquide sont encore supportables (pas comme les -14C qu’il a fait hier soir ici).

    Et puis en relativisant, qu’il pleuve autant ça te fait mieux apprécier le beau temps!

  • Ludovic

    C’est vrai qu’a force de faire des blagues sur la pluie, on se retrouve a remarquer beaucoup plus les jours ou il fait beau, et comme ca arrive quand meme pas trop rarement, on est souvent heureux en pointant son nez dehors!

  • Naimi

    Merci pour toutes infos. Avec ma copine nous habitons à Ottawa depuis 2 ans et nous avons l’intention de nous installer à Vancouver d’ici septembre, nous aussi.
    Sinon ton site ( le jeu des différence surtout, parce qu’on s’y retrouve dans certains)nous fait bien rire.

  • Nolwenn

    Il y a également de plus en plus de PVTistes qui vont à Vancouver 😉

    Peut-être que ce ne sera pas si rare d’entendre parler Français dans les rues vancouverites, d’ici quelques temps !