2 février 2012

Le Mont Seymour

Bon, j’ai raté mon retour prévu pour la fin jan­vier, mais c’est pas grave, on va dire que c’est le déca­lage horaire avec le Canada1.

Puisqu’il y en a qui m’ont réclamé des images de mon­tagnes ennei­gées, je peux vous faire part de mon excur­sion à Mount Sey­mour avec mes parents.

IMG_5474.jpg

Parce que Mount Sey­mour, voyez-vous, c’est la 3ème sta­tion de ski de ban­lieue nord (je rap­pelle que les deux autres sont Grouse Moun­tain et Cypress Moun­tain). Je n’y avais jamais mis les pieds parce que c’est tout petit et c’est plu­tôt plat — le para­dis pour les débu­tants et les familles avec enfants, mais pas très allé­chant pour un fan de la pente comme moi. Tenez, regar­dez, y’a même un joli tapis rou­lant bien à l’abri du vent et des pré­ci­pi­ta­tions. Un esca­la­teur à neu­neus, quoi.

IMG_5484.jpg

(si vous êtes un débu­tant qui uti­lise ce genre de truc, pen­sez bien que je ne vous traite pas de neu­neu mécham­ment hein… c’est pas votre faute si vous êtes neu­neu de toutes façons… les glan­dus, ils ont ten­dance à être neu­neus, c’est bien connu)

Bref, comme mes parents auront 70 ans cette année, ils ne vou­laient pas trop for­cer non plus, d’où la visite chez les glan­dus. Ou les neu­neus. Enfin voilà, quoi.

IMG_5487.jpg

Et puis de toutes façons, niveau neige, c’est pas encore super cette année, alors on va pas faire son dif­fi­cile. Regardez-moi ces arbres, ils sont à peine cou­verts de neige. C’est triste.

Mais tout n’est pas perdu: la vue sur Van­cou­ver est assez spec­ta­cu­laire, bien plus déga­gée que sur les autres sta­tions. Ca change beau­coup les sen­sa­tions lorsqu’on des­cend les pentes.

IMG_5489.jpg

IMG_5492.jpg

Pour être hon­nête, je n’y retour­ne­rai pro­ba­ble­ment pas, à part peut-être pour apprendre à skier à mon gamin (ça dépend s’il s’avère que c’est un neu­neu ou pas), mais ça vaut le coup d’y aller une fois (si on a rien d’autre à faire du week-end) ne serait-ce que pour la vue. Et puis ça change un peu des autres pistes qu’on connait par coeur.

1 Oui, je sais, ça n’a aucun sens puisque j’y suis, au Canada, mais bon, j’ai jamais dit que j’avais une excuse valide.

8 novembre 2011

Terry qui?

Avec la fin récente des tra­vaux de réno­va­tion du BC Place, le gros stade de Van­cou­ver, la ville a dévoilé une oeuvre d’art vague­ment moche avec un mec qui se court après 3 fois de suite et avec une jambe arti­fi­cielle… et si vous dites exac­te­ment ça à un Cana­dien, il va vous regar­der de tra­vers. Parce qu’au Canada, on rigole pas avec Terry Fox.

IMG_4301.jpg

Ce mémo­rial, réa­lisé par Dou­glas Cou­pland, l’un des artistes Van­cou­vé­rois dont on arrive pas à se déba­ras­ser, est donc là en l’honneur de Terry Fox, un mec qui, euh, court avec une jambe arti­fi­cielle. Il court même pas super vite, hein, mais bon, il a un mémorial.

Bon allez, j’arrête de me moquer, c’est moins rigolo quand y’a pas de Cana­dien à côté qui s’offusque… là à côté y’a juste mon chat qui ronfle et qui s’en branle tota­le­ment. Et c’est dom­mage parce que Terry Fox est l’un des grands acteurs de la lutte contre le can­cer (quoique mon chat s’en foute aussi pro­ba­ble­ment bien… appa­rem­ment tout ce qui l’intéresse c’est de fumer des pétards et de jouer au baby­foot).

Amputé de sa jambe droite à 18 ans des suites d’un can­cer, il décide 3 ans plus tard, en 1980, de com­men­cer un “Mara­thon de l’Espoir” pour lever des fonds pour la recherche contre le can­cer: par­tant de la côte Atlan­tique du Canada à Terre-Neuve, il pré­voit de cou­rir à tra­vers tout le pays, jusqu’à la côte Paci­fique en Colombie-Britannique. Mal­heu­reu­se­ment, après avoir par­couru plus de 5000 kilo­mètres, son can­cer revient et le force à inter­rompre son pro­jet. Quelques mois plus tard, il décède dans l’hôpital de New West­mins­ter, dans la ban­lieue Vancouvéroise.

IMG_4306.jpg

L’héritage de Terry Fox est énorme en ce qui concerne la lutte contre le can­cer – son mara­thon à lui seul a levé 23 mil­lions de dol­lars – et conti­nue de nos jours avec notam­ment la “Course Terry Fox”, orga­ni­sée annuel­le­ment dans de nom­breux pays… mais pas en France, appa­rem­ment, ce qui explique pour­quoi je ne connais­sais pas du tout le mon­sieur (et puis c’est pas ma faute s’ils ne parlent pas de lui dans Spider-Man ou Call of Duty, mince).

Au Canada, c’est un véri­table héros natio­nal. Il vous suf­fira d’aller faire un tour sur sa page Wiki­pé­dia (en Fran­çais par ici) pour vous rendre compte que c’est pro­ba­ble­ment le gars le plus res­pecté du pays.

Bref, à moins de vou­loir pas­ser pour un gros bar­bare débile, vous n’aurez main­te­nant plus à deman­der: “c’est qui ces qua­dru­plés uni­jam­bistes qui se courent après?” en poin­tant du doigt le mémo­rial. Parce que je vous assure, ça la fout mal en société.

11 octobre 2011

Spanish Banks sous les nuages

On est déjà mi-octobre mais comme il fait encore vague­ment beau de temps en temps, je me dis que j’ai le droit de vous pos­ter des pho­tos de plage, sur­tout si y’a des nuages des­sus. En fait, j’ai le droit de pos­ter ce que je veux, c’est mon blog, d’abord, mais bon, je prends les devants au cas où y’en a qui se mettent à râler dans les commentaires.

IMG_3841.jpg

J’avais déjà briè­ve­ment men­tionné Spa­nish Banks il y a quelques années, et j’avais pas re-posté des­sus entre-temps puisque y’a pas grand chose à dire. Oui, la vue est magni­fique, mais bon, hop, une ou deux pho­tos et l’affaire est bou­clée… mais comme j’ai pas grand chose d’intéressant à vous dire en ce moment (et en plus je suis “légè­re­ment” occupé ces temps-ci), eh ben pouf, voilà d’autres photos.

IMG_3847.jpg

L’intérêt de Spa­nish Banks, c’est que la plage est très grande com­pa­rée aux autres plages urbaines de Van­cou­ver. Du coup, c’est beau­coup plus calme, et y’a plus de place… sur­tout quand il fait à moi­tié moche et que ça res­semble à une plage du Nord-Pas-de-Calais.

IMG_3854.jpg

A marée basse, y’a des gens qui font du skim­board. Méga pas­sio­nant à regar­der, et sans doute tout aussi pas­sio­nant à lire sur un blog.

IMG_3869.jpg

Et, euh, y’a des gens qui font du kayak. Ouais. Je vous le disais qu’il y avait rien d’intéressant à dire sur le sujet… En fait les plages, c’est nul, il fau­drait arrê­ter d’y aller.

15 septembre 2011

Vancouver Waterfight!

Alors que l’été s’en va à coups de “c’est affreux ils annoncent de la pluie pour toute la semaine!” sur mon mur Face­book, je me dis que c’est le moment de pos­ter enfin sur l’évènement carac­té­ris­tique des beaux jours: le Van­cou­ver Water­fight!

IMG_4123.jpg

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une bataille de pis­to­lets à eau façon “flash mob”, avec tout un tas de gens qui convergent le même jour dans Stan­ley Park pour cou­rir tout mouillés les uns après les autres.

IMG_4034.jpg

Bon alors oui ça fait un peu gay dit comme ça mais je vous assure, y’a aussi des hété­ro­sexuels qui par­ti­cipent. Enfin je crois. Y’avait des mec moches, donc ils sont sûre­ment hétéros.

IMG_4061.jpg

Comme d’hab’ avec les flash mobs pen­dant les­quelles je reste sur le côté, je me suis retrouvé à répondre à plein de ques­tions du genre “mais c’est qui tous ces gens?”, “qu’est-ce qu’ils font?”, etc. Pas aussi rigolo que les com­men­taires que j’entends par­fois pen­dant la marche des zom­bies, mais bon, on peut pas tout avoir.

IMG_4090.jpg

Ca fai­sait 3 ans que je vou­lais y assis­ter, et 3 ans que j’avais un empê­che­ment au der­nier moment… mais cette fois-ci: vic­toire! Je suis resté bien caché à l’abri du soleil et des écla­bous­sures, armé mon 70–200mm.

IMG_4118.jpg

Le pre­mier truc qui frappe, c’est à quel point cer­tains des par­ti­ci­pants sont équipés.

IMG_4096.jpg

IMG_4040.jpg

IMG_4083.jpg

Après, y’en a d’autres qui le sont un peu moins… mais c’est pas grave, quelques bou­teilles de pro­duit à vitre font aussi l’affaire:

IMG_4052.jpg

Et un tout bête seau d’eau peut faire pas mal de dégâts aussi:

IMG_4070.jpg

Des membres de la com­mu­nauté fran­co­phone en ont d’ailleurs fait les frais:

IMG_4110.jpg

(l’incontournable Véro­nique est dans le mal­heu­reux trio, pen­dant que le célèbre Fran­cis Plourde regarde en se marrant…)

Ceci dit, tout le monde a l’air de bien s’amuser:

IMG_4054.jpg

IMG_4065.jpg

IMG_4097.jpg

IMG_4105.jpg

…et les plus paci­fiques se contentent de faire des bulles:

IMG_4071.jpg

Mais ça n’empêchera pas tous les autres de leur tirer dessus!

IMG_4101.jpg

Bref, voilà. Des gens tout mouillés qui se courent après pen­dant 2 heures.

Vous pou­vez voir le reste des pho­tos dans l’album Fli­ckr dédié.

15 août 2011

L’affaire des sous-vêtements

La Van­cou­ver Under­wear Affair c’est une asso­cia­tion par­te­naire de la fon­da­tion pour le can­cer de Colom­bie Bri­tan­nique qui veut faire par­ler des dif­fé­rents types de can­cer “sous la cein­ture” (can­cer de la pros­tate, des ovaires, du colon, etc.). Vous vous rap­pel­lez peut-être de “movem­ber”, où il s’agissait de se faire pous­ser la mous­tache pen­dant 1 mois pour faire par­ler des can­cers mas­cu­lins? Eh bien ici, l’évènement prin­ci­pal est une course annuelle à tra­vers le centre-ville où le but du jeu est de cou­rir en sous-vêtements.

IMG_3443.jpg

Y’a des jolies filles, y’a des beaux mecs, il fait beau, et ça se passe au bord de l’eau… que deman­der de plus? (à part de l’argent qui tombe du ciel et bol magique qui se rem­plit de crême chan­tilly à volonté, bien entendu).

IMG_3447.jpg

Tenez, voilà une bonne occa­sion de vous don­ner un petit aperçu des tra­vaux sur le B.C.Place, le stade à côté duquel on vivait il y a bien long­temps (quand on était jeunes, riches et cool).

IMG_3442.jpg

Pfiou, tous ces gens ath­lé­tiques qui font du sport, ça me donne faim… je vais aller me faire un bol de fraises avec de la crême chantilly.

IMG_3435.jpg

(oui, y’a des fraises en des­sous, je vous assure)

IMG_3453.jpg

18 juin 2011

Riot 2011

Voilà que s’achève une semaine bien agi­tée pour Van­cou­ver.. si vous n’y habi­tez pas, vous avez pro­ba­ble­ment vu dans les jour­naux ce qui s’y est déroulé mer­credi soir, mais le plus impor­tant est ce qui s’est passé jeudi… mais réca­pi­tu­lons un peu d’abord.

Mer­credi soir, les Canucks de Van­cou­ver affron­taient les Bruins de Bos­ton en finale de la coupe Stan­ley, un des tro­phées les plus impor­tants en hockey sur glace. Les enjeux étaient de taille (pour ceux qui se sou­cient de ce genre de truc), mais je vous redi­ri­ge­rai vers mon article d’il y a 3 jours si vous vou­lez plus de détails. L’important est de savoir que la der­nière fois où les Canucks etaient en finale, en 1994, ils avaient perdu et des émeutes avaient éclaté en centre-ville. Mal­gré l’optimisme ambiant dans la ville depuis le début de la semaine, tout le monde se deman­dait ce qui arri­ve­rait après le match.

IMG_3143.jpg

On pou­vait se dire que c’était mal parti en voyant le nombre abher­rant de gens venus regar­der le match dans les “fan-zones” du centre-ville sur écran géant. Là où, pour les matches pré­cé­dents, tout le monde était gen­ti­ment assis par terre, c’était tel­le­ment blindé mer­credi soir que tout le monde était debout, incon­for­ta­ble­ment ser­rés, et avec une vue sou­vent obs­truée de l’écran géant.

IMG_3171.jpg

Il y avait aussi plus de cré­tins que d’habitude, entre ceux qui arri­vaient déjà tout exci­tés à coups de “Fuck Bos­ton!”, et ceux qui esca­la­daient tout et n’importe quoi pour mieux voir.

IMG_3147.jpg

IMG_3152.jpg

Il n’y avait pour­tant pas grand monde de bourré, d’après ce que j’ai pu voir. Les maga­sins d’alcohol avaient été for­cés de fer­mer en milieu d’après-midi, et la police contrôl­lait l’entrée des “fan-zones” pour empê­cher l’introduction de bois­sons alcoo­li­sées et d’objets dangereux.

IMG_3145.jpg

Assez rapi­de­ment, un doute planne quand même sur la ville. Les Bruins sont clai­re­ment meilleurs, et les Canucks, endor­mis, se font mener 1–0, puis 2–0, puis 3–0… Avant même que le score final ne soit atteint (un hon­teux 4–0), les gens com­men­çaient déjà à par­tir. Cer­tains parce qu’il étaient juste dégoû­tés, mais d’autres (par exemple les familles avec enfants) parce qu’ils crai­gnaient des vio­lences à venir. A la fin du match, cer­tains balancent leurs déchets vers l’écran géant et d’autres com­mencent à s’exciter. Un feu est allumé dans une pou­belle… c’est le début d’une émeute pas comme les autres.

Ima­gi­nez un petit groupe de gens qui font un feu, puis vont ren­ver­ser une voi­ture un peu plus loin…. et des dizaines de mil­liers de gens autour qui regardent et prennent des vidéos avec leur télé­phone (il y avait plus de 100.000 per­sonnes répar­tis sur quelques pâtés de mai­son à l’origine). C’est assez sur­réel. Alors que tout le monde allait par­tir dépité, tout d’un coup il y a un truc exci­tant qui se passe et ils décident de res­ter pour voir. C’est con les gens.

Face à une foule émo­tio­nel­le­ment vola­tile et en quête des sen­sa­tions fortes qui lui ont man­qué pen­dant le match, la police pré­pare l’équipement anti-émeute à quelques blocs de là. Mais un ami raconte comme ça s’est passé: à la simple vue des bou­cliers et des casques, les gens qui s’en allaient changent d’attitude et font demi-tour pour aller voir ce qui se passe! C’est con les gens.

IMG_3164.jpg

S’il est facile de décrire à quel point les réels cas­seurs – ceux qui ont brûlé les pre­mières voi­tures, cassé les pre­mières vitrines et déva­li­sés les pre­miers maga­sins – sont des petits cons de racailles qu’on devrait net­toyer au kär­cher (je vous fais un mix sar­ko­ziste pour l’occasion parce que j’ai pas trouvé grand chose dans les dis­cours de Ségo­lène), on ne pourra jamais assez répe­ter à quel point tous ces gens qui sont res­tés plan­tés là comme des mou­tons sont aussi des cré­tins de pre­mier ordre. Entre les gros blai­reaux qui se pre­naient fiè­re­ment en photo devant les voi­tures en feu et ceux qui pous­saient des cris d’encouragement aux cas­seurs, tous ces gens ont lar­ge­ment empê­ché la police de faire son tra­vail. Sans eux, les forces de l’ordre auraient été en mesure d’intervenir immé­dia­te­ment et d’arrêter le petit groupe de van­dales avant qu’ils ne fassent plus de dégâts ou qu’ils motivent d’autres à les rejoindre.

L’émeute en elle-même était ensuite très clas­sique – mais sim­ple­ment à une échelle van­cou­vé­roise: une quin­zaine de voi­tures retour­nées et brû­lées, une dizaine de maga­sins van­da­li­sés, et la police mon­tée cana­dienne sur leurs beaux che­vaux. Men­tion spé­ciale pour la police, d’ailleurs, qui est res­tée tota­le­ment de marbre face aux déluges d’insultes, de débris, et de gens qui s’embrassent par terre (oui, je sais, cette photo a été expli­quée et c’est pas vrai­ment ça qui se passe, mais bon…).

Tout ça nous amène donc à ce qui est le plus inté­res­sant, et qui ne sera pro­ba­ble­ment pas relayé dans les jour­naux étrangers.

Comme d’habitude de nos jours (et d’autant plus sur la west coast), ça com­mence sur Twit­ter et Face­book. Pen­dant la nuit, des mil­liers et des mil­liers de van­cou­vé­rois font part de leur indi­gna­tion face aux évè­ne­ments qui se déroulent en direct sur les télé­vi­sions locales. C’est qu’en France on est bla­sés, mais pour les gens de Van­cou­ver, c’est du jamais vu. Enfin, du très rare­ment vu. Genre une fois tous les 15 ans (chez nous en France c’est limite une fois tous les 15 jours…). Et c’est pro­ba­ble­ment incon­ce­vable pour des fran­çais, mais les van­cou­vé­rois sont réel­le­ment atta­chés à leur ville – sa beauté, sa pro­preté, la civi­lité bien cana­dienne de ses habi­tants, leur sens com­mu­nau­taire, leur com­mu­nion avec la nature, leur yoga, leurs petits chiens dans des pous­settes, leur maga­sins de pro­duits orga­niques hors de prix, leur… euh, je m’emballe un peu mais bon, vous voyez le topo. Voir des émeutes pareilles se dérou­ler au coeur de leur ville était un réel choc. Ils étaient si fiers d’avoir pu mon­trer leur belle ville au monde entier pen­dant les Jeux Olym­piques – c’était pas pour qu’une bande de voyous lui détruise sa répu­ta­tion en une soi­rée. Beau­coup de van­cou­vé­rois étaient donc moti­vés pour réta­blir l’image de marque de leur ville le plus vite possible.

Avant minuit déjà des groupes de volon­taires s’organisent pour venir net­toyer le centre ville. D’autres groupes, sur Face­book ou Tum­blr, essaient de tra­quer les pho­tos et vidéos pos­tées par les mil­liers de couillons dont on a parlé pré­cé­dem­ment, et qui per­met­tront au moins d’identifier un bon nombre de van­dales, pilleurs, pyro­manes… ou juste de rigo­ler un peu. Le nombre de pho­tos dis­po­nibles est ahu­ris­sant, la traque est sans pitié, mais la tâche est bien facile puisque ces idiots vont pour la plu­part se van­ter de leurs actions sur leur pro­fil Face­book, dont des cap­tures d’écran seront rapi­de­ment pos­tées sur inter­net et envoyées à la police. Enfin, une ten­dance nait consis­tant à pos­ter articles, pho­tos ou vidéos qui montrent com­ment Van­cou­ver c’est pas du tout des gens qui pètent des vitrines et qui gueulent, mais bel et bien tou­jours l’un des meilleurs endroit où vivre au monde grâce à la civi­lité bien cana­dienne de ses habi­tants, sa nature, son yoga, ses petits chiens dans… euh… enfin bref, que c’est top moumoute.

IMG_3190.jpg

A 10h le len­de­main matin la ville est déjà com­plè­te­ment net­toyée par les ser­vices muni­ci­paux aidés de cen­taines de volon­taires. Ces volon­taires auront d’ailleurs quelques jours plus tard droit à un petit déjeu­ner offert par The Bay ainsi que quelques autres cadeaux de remer­cie­ment de la part des com­merces du quar­tier. Les seuls indices des émeutes de la nuit sont les abris de bus endom­ma­gés et les vitrines des maga­sins rem­pla­cées par du contre-plaqué.

IMG_3188.jpg

Des van­cou­vé­rois decident alors d’ecrire sur les pan­neaux de The Bay (un équi­valent cana­dien des Gal­le­ries Lafayettes): mes­sages de sou­tien pour les Canucks, mes­sages d’excuses pour les pro­prié­taires de maga­sins ou pour le monde entier, mots d’amour pour Van­cou­ver, sa nature, son yoga, ses petits chiens dans des… MERDE, c’est dingue ça, désolé, je sais pas, ça vient tout seul. Bref. Tout le monde y va de son petit mot sentimental.

IMG_3193.jpg

En fin d’après-midi, il est dif­fi­cile de trou­ver une seule planche vierge en centre-ville.

IMG_3197.jpg

IMG_3198.jpg

Une voi­ture de police, dont Véro­nique a des pho­tos, est éga­le­ment sou­dai­ne­ment recou­verte de post-its de remer­cie­ments à la police van­cou­vé­roise qui, si on peut lui repro­cher un cer­tain manque de pré­pa­ra­tion et de pré­ven­tion, a quand même très bien géré la situation.

IMG_3201.jpg

Comme le disait la même Véro­nique, qui m’a ôté les mots des doigts, ça montre à quel point le Canada, et par­ti­cu­liè­re­ment Van­cou­ver, est bel et bien le “pays des bisou­nours”, comme on aime à l’appeller. Et en tant que gros fran­çais cynique poilu, je ne me lasse pas de m’extasier sar­cas­ti­que­ment devant ces dif­fé­rences de men­ta­lité… mais ça me rap­pelle aussi pour­quoi j’ai quitté la France, et pour­quoi je me suis ins­tallé ici.

IMG_3195.jpg

14 juin 2011

Le hockey, ce sport fabuleux

DSCF1737.jpg

Allez les bleus

En ce moment à Van­cou­ver, c’est le bor­del. C’est le bor­del depuis plus d’une semaine, et ça res­tera le bor­del jusqu’à demain soir. Tenez, pour vous mon­trer à quel point c’est le bor­del, voilà la photo d’un poli­cier dans la rue:

IMG_3056.jpg

UN POLICIER DANS LA RUE. OUAIS. A VANCOUVER. Quand je vous disais que c’était le bordel.

Ce qui se passe, c’est que les Canucks de Van­cou­ver sont en finale de la très convoi­tée Coupe Stan­ley de hockey sur glace. Ils affrontent les Bruins de Bos­ton, et repré­sentent donc une chance pour le Canada d’être cham­pion pour la pre­mière fois depuis 1993 et la vic­toire des Cana­diens de Mont­réal. Oui oui, le nom de l’équipe mont­réa­laise c’est bien les “Cana­diens”, hein, c’est pas juste moi qui dit ça comme ça. Et puisque “Canuck” est lui-même un autre terme pour “Cana­dien”, vous pou­vez consta­ter qu’il y a un manque d’imagination fla­grant pour les noms d’équipes de hockey.

IMG_3066.jpg

La der­nière fois que l’équipe van­cou­vé­roise est allée en finale était en 1994, où elle avait perdu au 7ème match de la série. Les fans étaient tel­le­ment éner­vés — et bour­rés à la bière bon mar­ché — que des émeutes ont suivi, fai­sant de nom­breux dégâts en centre-ville. C’est une des rares fois où on a pu voir des van­cou­vé­rois foutre le bor­del. C’est beau. Ca me rap­pelle ma France natale.

IMG_3062.jpg

C’est quoi cette his­toire de 7ème match de la série au fait? Ah oui, je vous ai pas dit (enfin si je l’ai dit y’a long­temps mais bon, je peux re-expliquer rapidement).

Le hockey, c’est pas un sport de tar­louze comme le foot. Pour la Coupe Stan­ley, les playoffs consistent en plu­sieurs séries de “best-of-seven”, où 2 équipes s’affrontent jusqu’à ce que l’une d’entre elles gagne 4 fois (soit un maxi­mum de 7 matches). Comme ça on est bien sûr de qui a la meilleure équipe (ou pas). Les équipes sont d’abord divi­sées en 2 confé­rences (“ouest” et “est”, basées sur la répar­ti­tion géo­gra­phique des villes), et dans chaque confé­rence on assiste à des quarts de finales, des demi-finales, et une finale. Les vain­queurs de chaque confé­rence s’affrontent ensuite lors de la finale ultime de la mort qui tue de la Coupe Stan­ley, qui est donc ce qui se passe en ce moment. Et c’est par­ti­cu­liè­re­ment tendu puisque les 2 équipes ont cha­cun 3 vic­toires à leur actif, et le 7ème et der­nier match se déroule demain soir.

IMG_3064.jpg

Inutile de vous dire qu’avec autant de matches à la suite, l’esprit com­pé­ti­tif est poussé à l’extrême chez les fans, et les pro­prié­taires de bars, pubs, et autres lieux pro­pices pour suivre l’évènement en consom­mant moultes bois­sons alcho­li­sées se frottent les mains. Les divers spon­sors aussi se frottent les mains, puisque ça fait poten­tiel­le­ment 7 fois plus de reve­nus que pour un sport qui se joue en un seul match. Tel­le­ment, en fait, qu’on entend des théo­ries comme quoi les jeux sont tru­qués pour pous­ser à un maxi­mum de matches dans la série… mais si on regarde l’historique des finales depuis les années 1930, c’est assez dur d’y voir une quel­conque tendance.

IMG_3069.jpg

Enfin bref, tout ça pour dire que la ville a ins­tallé plu­sieurs écrans géants en centre-ville pour per­mettre aux fans de suivre les exploits de leur équipe. Habillés en bleu, ils sont là, les yeux tout pleins d’espoir et le crou­pion tout serré.

IMG_3052.jpg

Même notre célèbre Véro­nique est là avec son petit maillot de Ryan Kes­ler (on me fait dire qu’il est trop super mignon, mais moi j’en sais rien).

IMG_3050.jpg

Après chaque vic­toire, c’est la fiesta dans les rues. Sûr, il reste plein des déchets par terre, mais c’est pas grave, c’est la fête.

IMG_3073.jpg

Tout le monde va se réunir sur Gran­ville Street et pas­ser des heures à gueu­ler “We Want The Cup!” en se tapant dans la main.

IMG_3104.jpg

Points bonus si vous avez un pan­carte rigolote.

IMG_3097.jpg

IMG_3106.jpg

Et je plai­sante pas, hein. Non seule­ment y’a vrai­ment TOUT LE MONDE, mais en plus ça dure VRAIMENT DES HEURES. Tenez, par exemple, j’ai pris une vidéo hyper chiante et hyper longue de toute cette joyeuse foule alors que je remon­tais Gran­ville Street sur une demi-douzaine de pâtés de mai­son. Il est 10 heures du soir et le match est ter­miné depuis au moins 2 heures. C’est pas super pas­sion­nant, mais ça vous donne une idée de l’ambiance et du nombre de gens.

Le point posi­tif, c’est qu’il y a plein de jolies filles en petits t-shirts bleus mou­lants et shorts courts ou jeans ser­rés. Et elles sont toutes à fond dans le truc (limite plus que leur mec), et elles vous font des high-five en criant “wooooh yeaaaah!” et en remuant du cul.

Du coup, main­te­nant, moi, le hockey, c’est mon dada.

24 avril 2011

Dernières neiges

On est presque en Mai mais y’a encore de la neige sur les mon­tagnes. Les sta­tions de ski de ban­lieue ferment, mais pas de panique, on peut encore faire de la luge en admi­rant la vue.

IMG_2738.jpg

A Whistler/Blackcomb par contre, la neige est excep­tion­nel­le­ment bonne pour une fin de sai­son. Ici, au som­met du gla­cier, on croi­rait sur­fer sur du lait…

IMG_7678.jpg

17 juillet 2010

Viva Espana

Oui, je sais, y’a pas beau­coup de nou­veaux articles ces temps-ci (trop de bou­lot!), mais pen­dant que c’est encore vague­ment d’actualité, voilà quelques pho­tos des gens qui regar­daient, sur un écran géant sur Gran­ville Street, la finale de la coupe du monde foot­ball – ou “soc­cer” comme ils disent ici, parce qu’apparemment y’a plus de bal­lon et de pied dans le foot­ball amé­ri­cain (où on trim­balle un truc ovale sous le bras) que dans le foot­ball du reste du monde (où on tape un bal­lon rond avec le pied)… aaaah là là, voilà encore un exemple de l’influence néfaste et inévi­table des Etats-Unis sur son pauvre voi­sin isolé du nord… enfin non pas que ça me sou­cie, hein. Moi, le foot­ball, je trouve ça inté­res­sant seule­ment quand Nietzsche joue, de toutes façons. Mais y’en a, ça les tra­vaille, on dirait.

Enfin bref , voilà, y’avait plein de monde sur Gran­ville Street, regar­dant un truc chiant sur un écran géant. Allez com­prendre… (de toutes façons, le foot­ball, c’est gay)

IMG_6655

Encore moins com­pré­hen­sible était le petit groupe de pho­to­graphes (y com­pris votre humble ser­vi­teur) qui fai­saient dos à l’écran et qui se cris­paient sur leurs appa­reils dès que la foule s’emballait…

IMG_6639

…parce que les fans de foot, ils sont presque aussi forts pour faire du cinéma que les joueurs professionels.

IMG_6672

Et tout aussi beaux-joueurs!

IMG_6692

Mais le truc le plus rigolo c’était quand, en début de pro­lon­ga­tions, le flux vidéo fourni par Bell s’est arrêté pen­dant plu­sieurs minutes.

DSCF1285

Les fans étaient pani­qués, et un mec bos­sant pour Rogers, debout à côté de moi, me disait “Toutes les pho­tos qui sont prises en ce moment? C’est la meilleure publi­cité dont je puisse rêver”.

Mais bon, fina­le­ment, l’image et le son ont été réta­blis, et peu de temps après les fans espa­gnols se sont mis debout en criant, pour une rai­son qui m’échappe.

IMG_6701

DSCF1290

Et pen­dant ce temps-là, devant la gal­le­rie d’art, y’avait des pauvres gens qui essayaient de mani­fes­ter… triste, non?

IMG_6710

Vous trou­ve­rez quelques autres pho­tos de l’évènement dans mon album Fli­ckr. Enjoy!

IMG_6704